Volkswagen prépare une grande offensive dans plusieurs créneaux des véhicules à propulsion électrique et le concept I.D. Crozz dévoilé aujourd’hui en Chine, à la veille de l’ouverture du salon Auto Shanghai, préfigure un de ces futurs produits.

Ce nouveau concept de la famille « I.D. » fait partie d’un trio de prototypes présentés aujourd’hui par le groupe Volkswagen. Les deux autres, le Skoda Vision E et l’Audi E-tron Sportback, annoncent des véhicules qui seront destinés à des clientèles distinctes.

La direction du groupe Volkswagen prévoit, en effet, s’accaparer une part importante de ce marché en devenir en ne vendant rien de moins qu’un million de véhicules électriques par an, et ce dès 2025. Voilà ce qu’a affirmé le président du groupe, Herbert Diess, durant la conférence de presse où ces trois prototypes ont été présentés.

Mais cette offensive débutera plus tôt. L’I.D. Crozz, par exemple, préfigure un modèle de série qu’on nous promet pour 2020.

Malgré son allure trompe-l’oeil de coupé, ce véhicule annonce un utilitaire comme le signale d’ailleurs son nom inspiré de l’expression anglophone « Crossover » (multisegment). Il succède à deux autres concepts de la même famille : l’I.D., une compacte à hayon présentée à Paris en 2016, et l’I.D. Buzz, une fourgonnette rappelant le Minibus d’antan dévoilé à Detroit en 2017.

Le Crozz partage la plateforme MEB (Modularer Elektrifizierungsbaukasten) pour véhicules électriques mise au point par Volkswagen. Ce véhicule à quatre roues motrices serait aussi logeable qu’un nouveau Tiguan Allspace européen.

Il est doté de deux moteurs électriques produisant une puissance nette de 306 ch, ce qui autorise une vitesse de pointe de 180 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 6,0 s.

Ces moteurs sont alimentés par une batterie au lithium-ion de 83 kWh intégrée au plancher du véhicule. Elle procure une autonomie de 500 km, soit 200 de plus que la Volkswagen e-Golf. À l’aide d’une borne à haut débit (150 kW), il serait possible de la recharger à 80 % en 30 minutes.

Le constructeur a, par ailleurs, intégré diverses technologies de conduite autonome à ce véhicule, d’où son volant conçu pour s’encastrer automatiquement dans le tableau de bord dès que le conducteur enclenche le mode autonome.

Pour signaler qu’il a cédé le contrôle du véhicule à l’ordinateur de bord, la face avant du véhicule et son pavillon jusque-là illuminés en bleu pâle se colorent de violet. Du même coup, quatre lasers intégrés au pavillon et liés au système de guidage autonome se déploient pour détecter les obstacles dans l’espace entourant le véhicule.