Ce Sprinter ressemble peut-être à un fourgon commercial à cause de la surface vitrée latérale limitée, mais ne vous fiez pas à son apparence. Car le Revel, ce nouveau véhicule récréatif (VR) tout terrain de Winnebago, propose une formule peu commune en matière de mobilité récréative.

Cette nouveauté ne s’adresse nullement aux adeptes de VR démesurément longs abonnés aux terrains de camping asphaltés. Elle vise plutôt les amateurs de loisirs et de plein air pour lesquels la distance n’a pas d’importance, même si la destination est située à l’extrémité d’une route poussiéreuse et cahoteuse.

Le Revel 2018 est un VR de classe B. Inspiré par un véhicule-concept présenté à Salt Lake City en 2016, il a été développé à partir d’une version courte à toit surélevé du Mercedes-Benz Sprinter 4×4 pour satisfaire les besoins et les attentes des adeptes de vélo de montagne, d’escalade, de randonnée pédestre en zone éloignée et autres adeptes du tourisme d’aventure qui désirent un camp de base mobile polyvalent et confortable offrant une grande autonomie.

Comparativement à un Winnebago Era, un autre VR de classe B bâti sur la base d’un Sprinter (une version longue), le Revel se distingue avant tout par la partie arrière de son habitacle; un espace que le constructeur décrit comme un « garage à joujoux ».

Dans cet espace, on trouve un lit monopièce à mécanisme de levage électrique; un dispositif semblable à celui offert depuis quelques années déjà par le constructeur québécois de Safari Condo. En soulevant plus ou moins ce lit, selon les besoins, les aventuriers du Revel disposent d’un espace de rangement dont le volume utile peut atteindre 3 964 L (140 pi2). C’est là qu’ils rangeront des vélos, l’équipement d’escalade ou de randonnée, des accessoires de kayakisme, etc.

Les concepteurs de ce VR l’ont, par ailleurs, doté d’armoires bénéficiant d’une construction plus robuste avec portes et tiroirs verrouillables. Sa dotation comprend également un système de recharge électrique à capteurs solaires, un réfrigérateur et une plaque de cuisson électriques, un système de chauffage au diesel et un coin-repas transformable en lit.

Sous le capot, on découvre le V6 turbodiesel de 3,0 L et 188 ch qui transmet 325 lb-pi de couple aux roues motrices par le biais d’une boîte de vitesses automatique à 5 rapports.

Par rapport aux versions à deux roues motrices, le Sprinter 4×4 a un châssis surélevé de 10 cm à l’avant et de 7,5 cm à l’arrière, pour faciliter les déplacements en terrains accidentés.

Son système à quatre roues motrices « sur demande » s’enclenche en appuyant sur bouton. Il peut répartir le couple entre les essieux avant et arrière jusqu’à hauteur de 35/65.

De plus, lorsque les conditions routières ou climatiques le requièrent, un différentiel de rapport inférieur (ou réducteur), équipement inscrit parmi les options, facilite l’ascension des pentes raides, le remorquage et la circulation en terrains difficiles.

Le dispositif de contrôle de la vitesse en descente de Mercedes peut également être obtenu sur demande.

Ce véhicule est livré avec des pneus BFGoodrich T/A KO2 doté de flancs plus robustes et de sculptures à gros crampons, qui ajoutent à l’allure de baroudeur, qualificatif qu’on n’aurait jamais associé au nom Winnebago jusqu’ici.

Au moment d’écrire ces lignes, le Revel était entré en production. Cependant, le porte-parole de la marque ne pouvait nous apprendre quand cette nouveauté sera en vente au Canada, pas plus que son prix. À tout le moins, le prix de base annoncé aux États-Unis, 134 799 $ US, donne une idée du prix qui sera exigé chez nous.