Le Lincoln Aviator, un nouvel utilitaire de luxe à 7 places de taille moyenne, fera ses débuts au sein de la marque des véhicules de luxe de Ford en 2019. Ça, on le sait, mais sans plus. Car, le constructeur de Dearborn s’est gardé de révéler quelques détails techniques que ce soit au sujet de l’élégant VUS de couleur Bleu aérien qu’il a présenté aujourd’hui au Salon de l’auto de New York

Lorsqu’il fera ses débuts chez les concessionnaires de la marque, l’Aviator deviendra son quatrième utilitaire avec le petit MKC, le Nautilus (qui remplace le MKX) et l’imposant Navigator.

Ce nom fait d’ailleurs un retour chez Lincoln, où il a désigné un clone du Ford Explorer dans les catalogues 2003 à 2005 de la marque. Il a aussi servi à un élégant concept présenté à Detroit, en janvier 2004,

Or, Ford a de nouveau employé cette recette pour mettre au point cette seconde génération d’Aviator. En effet, cette nouveauté partage la plateforme de l’actuel Ford Explorer, mais avec un habillage substantiellement différent et très réussi, ce qui n’était pas le cas de l’Aviator d’antan.

Ce nouvel utilitaire sera offert, aux États-Unis du moins, avec deux roues motrices arrière et, probablement aussi, une transmission intégrale, ce que le constructeur n’a cependant pas précisé.

Son moteur de série, un biturbo à essence, servira également à un groupe motopropulseur hybride rechargeable, un usage qui constituera d’ailleurs une première dans l’industrie. Cela dit, l’autonomie dont disposera le conducteur de ce modèle hybride en mode électrique constitue également une inconnue.

HeapMedia483561

Faute de connaître ses caractéristiques techniques, ses dimensions et ses particularités mécaniques, on sait au moins que l’Aviator se distinguera par une application appelée Lincoln Way, qui permettra à son conducteur de verrouiller et déverrouiller les portières, et d’ouvrir le coffre à bagages à distance, des fonctions communes, mais aussi de faire démarrer le moteur et surtout de conduire le véhicule. Le constructeur n’a toutefois rien précisé à ce sujet non plus.

En revanche, Ford met en valeur le confort que procureront les sièges avant de type « Position parfaite », qui offriront 30 réglages différents, de même qu’une fonction de massage.

L’Aviator sera également muni d’une suspension contrôlée par un système électronique utilisant une caméra avant pour analyser l’état de la route et modifier, en temps réel, les réglages de la suspension selon ses prévisions. L’idée serait, en quelque sorte, d’aplanir les cahots avant de les heurter !

À cela s’ajoutera un ensemble de dispositifs d’aide à la conduite baptisé Co-Pilot360 comprenant, entre autres, un freinage d’urgence autonome avec détection de piéton, un système de détection d’obstacles dans les angles morts avec alerte de trafic transversal et un système d’assistance au freinage en marche arrière.

L’Aviator va ouvrir un pan important du lucratif marché des VUS de luxe dont les les anciens stratèges de la marque Lincoln faisaient fi, signe d’un manque de jugement évident…

En sachant que les Navigator se vendent actuellement comme de petits pains chauds — et plus ils sont chers, plus vite ils quittent la concession ! —, alors on ne peut qu’imaginer un avenir aussi positif pour ce nouveau venu dans un créneau réunissant encore plus d’acheteurs.

Il constitue un moyen parfait pour aider les stratèges actuels de la marque Lincoln, qui souhaitent atteindre le plateau des 300 000 ventes à l’échelle mondiale d’ici 2020.

Tristement, il faudra attendre jusqu’en 2019 — mais encore quand en 2019 ? — pour enfin voir ce modèle tant attendu entrer chez ses concessionnaires. Une incertitude qui explique sans doute pourquoi Ford s’est tenu d’associer un millésime à ce véhicule jusqu’ici…

HeapMedia483546