Avec le Lexus UX 2019, qui vient de faire ses débuts au Salon de l’auto de Genève, la marque de véhicules de luxe de Toyota complète sa gamme de véhicules utilitaires, du moins par le bas, puisque cette nouveauté deviendra bientôt son modèle d’entrée de gamme en Amérique du Nord.

Si la direction de Lexus aux États-Unis a annoncé que la commercialisation de l’UX débutera en décembre 2018, le moment du lancement reste encore indéterminé du côté canadien de la frontière. «Nous n’avons pas encore annoncé la date, mais ce sera à la fin 2018», confirme Romaric Lartilleux, le porte-parole de Toyota Canada.

Le Lexus UX a un empattement de 2 640mm tout comme le Toyota C-HR, dont il partage la structure. Comparativement à ce dernier, sa carrosserie est toutefois un peu plus volumineuse. Il mesure 4 495mm de long (+145mm), 1 840mm de large (+43mm) et 1 520mm (-45mm).

Avec un diamètre de braquage de 10,4 m (le même que le C-HR), le meilleur de sa catégorie selon le constructeur, l’UX plaira sans doute à l’acheteur visé qualifié d’explorateur urbain.

HeapMedia482818

Au Canada, le Lexus UX sera proposé en deux versions distinctes. Le modèle d’entrée de gamme Lexus UX 200 sera animé par un nouveau moteur à essence de 2,0 litres développant 168 chevaux. Sa boîte de vitesses automatique Direct Shift à variation continue sera utilisée pour la première fois par Lexus. On la dit plus souple que les autres boîtes du genre et assortie d’une sensation de prise plus directe.

Pour sa part, le Lexus UX 250h offrira des performances et un rendement écoénergétique supérieurs grâce à son groupe motopropulseur hybride combinant le nouveau 4-cylindres de 2,0 litres et un moteur électrique alimenté par une batterie au nickel-métal-hydrure (NiMH). Cet ensemble livrera une puissance nette de 178 chevaux aux roues avant.

Ce modèle offrira, par ailleurs, l’option d’une transmission intégrale nouveau genre appelé E-Four AWD. À l’aide d’un moteur électrique additionnel entraînant les roues arrière, ce système optimise automatiquement la répartition du couple moteur entre le train avant et le train arrière selon la manière de conduire du conducteur, les conditions routières et climatiques, etc.

La silhouette de ce petit utilitaire de luxe rappelle beaucoup celle du prototype Lexus UX Concept dévoilé au Mondial de l’automobile à Paris, en septembre 2016 (ci-dessous, photo du haut). Le modèle de série qui lui succède (ci-dessous, photo du bas) a cependant remplacé ses portes à ouverture antagoniste par quatre portes s’ouvrant de manière traditionnelle, alors que les flancs de sa carrosserie sont nettement moins sculptés.

Les roues de 21 pouces d’allure excentrique ont également cédé leur place à des roues en alliage d’apparence plus terre-à-terre de 17 ou 18 pouces, selon la version.

HeapMedia482792

En revanche, comme pour le Lexus UX Concept présenté dans la Ville Lumière, la partie avant arbore des blocs optiques à triples DEL logés dans un espace étroit pointant vers la calandre trapézoïdale en forme de sablier surdimensionné. Du pur Lexus !

La dotation proposée au Canada se voudra naturellement cossue. Pour valider cette affirmation, le constructeur évoque d’ailleurs une sellerie en cuir souple à motifs perforés géométriques offerte en option, qu’il compare au sashiko, une technique traditionnelle japonaise de matelassage employée dans la confection d’uniformes de judo et de kendo.

L’équipement de série comprendra, par ailleurs, un ensemble de dispositifs de sécurité et d’aide à la conduite appelé Lexus+ incluant, entre autres, un système précollision muni de la capacité de détecter les piétons la nuit.

La gamme comprendra aussi une version F Sport se démarquant par sa suspension à calibrage exclusif, de même qu’une calandre, des pare-chocs distincts, des roues de 18 pouces et un habitacle distincts.

HeapMedia482770

Ce nouveau véhicule vise les acheteurs de petits véhicules utilitaires de luxe qui, jusqu’ici, devaient se contenter de quatre modèles rivaux : le BMW X1, l’Audi Q3, le Mercedes-Benz GLA et son jumeau l’Infiniti QX30.

Le Lexus UX s’ajoutera donc bientôt à ce créneau naissant où les ventes progressent rapidement, et plus encore aux États-Unis qu’au Canada. L’an dernier, elles ont bondi de 20,1 % chez nos voisins du Sud comparativement à 7,4 % ici.

Cette croissance devrait d’ailleurs s’accélérer avec la multiplication des nouveautés. En effet, d’ici la fin de l’année, les acheteurs de ce créneau se verront offrir deux fois plus de modèles avec l’arrivée du BMW X2, du Jaguar E-Pace, du Volvo XC40 et, bien entendu, de l’UX.