Et pour célébrer cette première chez la berline intermédiaire japonaise, Nissan la lance – aujourd’hui au salon de l’Auto de New York – avec deux nouvelles motorisations: la Nissan Altima 2019 2.5 et la Nissan Altima… 2.0.

Bon, direz-vous, encore un texte sur les moteurs… Une petite minute SVP: nous ferons simple en vous disant que l’actuel quatre cylindres de 2,5 litres:

  • a été transformé à la hauteur de 80%, notamment avec l’ajout de l’injection directe (eh oui, un grand retardataire…);
  • qu’il produit 188 chevaux (versus les 179 poulains d’antan);
  • et qu’il sera jumelé en exclusivité avec la transmission à variation continue. (Lire: pas de boîte manuelle au catalogue, ce qui est d’ailleurs déjà le cas).
    .

Surtout, Nissan ne reconduit pas son moteur V6 de 3,5 litres – vous savez, celui qui émet ce beau grondement distinctif entre mille et qui… n’existe plus dans la gamme 2018 de l’Altima?

Plutôt, Nissan mise sur son nouveau quatre cylindres turbo (2,0 litres) qui vient d’atterrir sous le capot de l’Infiniti QX50 et qui profite, en grande percée mondiale, de la compression variable de ses pistons. On promet la performance d’un V6 et l’économie en carburant d’un quatre cylindres – un refrain pas nouveau… et pas toujours réaliste, mais il faudra voir si cette fois, ça marche autant qu’on le dit.

En lieu et place des 270 chevaux du V6, ce nouveau VC-Turbo produira 248 chevaux, un manque à gagner de 22 poulains (avec de l’essence Premium) qui devrait être compensé par un couple en hausse: de 251 lb-pi à 273 lb-pi.

Euh… avant de vous exciter les orteils du pied droit, sachez que ce moteur – pour lequel Nissan est aussi fière que Mazda l’est pour sa technologie SkyActiv – pourrait ne pas débarquer au Canada.

En effet, pareil organe ne sera pas compatible (pour le moment, du moins) avec la traction intégrale. Par contre, et question de nous consoler, Nissan Canada promet que le mode AWD sera possible pour toutes les versions de la Nissan Altima 2,5. Autrement dit: pas besoin de se payer la luxueuse variante Platine pour en profiter.

HeapMedia483504

Parmi les autres «Il faut savoir» concernant la nouvelle Nissan Altima 2019:

  • Le système ProPilot sera offert, en plus de la suite Safety Shield avec ses aides au freinage automatisé d’urgence (y compris celui en mode recul), faisant de cette berline intermédiaire l’une des plus «autonomes» du marché;
  • Côté dimensions, on étire la silhouette de 2,5cm, mais on l’abaisse de 3 cm. Si les têtes arrière en prennent un brin pour leur rhume, les genoux, eux, vont être contents avec un empattement qui s’allonge de 5 cm.
  • Les sièges Zéro Gravité demeurent au rendez-vous, mais encore plus confos avec des latéraux encore plus enveloppants – ça va être dur à battre, ça.
  • Si le nouveau VC-Turbo (avez-vous remarqué comme le vocable sonne «V6»?) nous arrive, on devrait pouvoir composer avec, versus le défunt V6 de 3,5 litres, une économie en carburant sur l’autoroute de l’ordre des deux chiffres.
  • Pour les plus «dynamiques», la version SR est toujours au rendez-vous avec ses ajustements plus sportifs et, pour la première fois chez l’Altima, des roues de 19 pouces.

HeapMedia483509

Sur papier et dit comme ça, la nouvelle Nissan Altima a tout pour remonter la pente qui n’en finit plus de descendre, du côté des ventes de berlines (merci à la popularité des utilitaires). Sauf que l’allure promise par le prototype Nissan VMotion 2.0 montré ces derniers mois en guise d’amuse-gueule pour la 6e génération d’Altima n’a malheureusement pas résonné jusque dans le modèle de production.

Entendu sur le plancher: «Est-ce que c’est la nouvelle Mazda6?» Ou encore: «Bientôt dans une entreprise de location près de chez vous!» Remarquez, pour faire compétition aux Subaru, à peu près les seules autres voitures de la catégorie qui s’offrent avec la traction intégrale, Nissan n’a pas besoin d’un Doctorat en design…