Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Genesis est la division luxueuse du groupe Hyundai qui a fait ses débuts en 2017 avec deux modèles (G90 et G80) s’adressant à une clientèle un peu plus aisée.

Elle le fait avec des berlines qui sont non seulement «full equip» pour le prix, mais qui sont vendues en boutique – la première à avoir ouvert ses portes à Toronto au printemps dernier, une autre est en voie de l’être au Québec, plus précisément au Carrefour Laval.

Oh, et est-ce qu’on vous l’a dit: ces voitures Genesis sont ensuite livrées à la maison, bien protégées dans leur cage de verre.

Maintenant, avec la berline Genesis G70 qui vient de faire ses débuts canadiens au Salon de l’Auto de Montréal, la plus jeune marque de luxe au monde détient une arme supplémentaire pour attirer plus de gens dans ses boutiques.

HeapMedia480601

Cette G70 est la plus récente interprétation coréenne de ce que doit être une berline sport ou, en d’autres termes, une rivale directe à l’indétrônable BMW Série 3… et aux nombreuses autres berlines sport allemandes.

Lorsqu’elle débarquera juste à temps pour l’été sur notre marché, la Genesis G70 sera livrée d’office avec un rouage intégral – notre climat canadien l’oblige presque – qui sera animé d’une mécanique 4-cylindres turbo de 252 chevaux.

Ceux et celles qui en voudront plus pourront cocher l’option moteur V6 biturbo de 3,3 litres, un organe déjà utilisé sous le capot des consoeurs berlines G80 et G90, pour une puissance de 365 chevaux. La boîte de transmission automatique à 8 rapports sera également l’unité de choix pour la plupart des versions du modèle.

Si la plupart des consommateurs se tourneront vers une Genesis G70 avec quatre roues motrices et une boîte automatisée, Genesis a quand même pensé aux puristes de la conduite, avec la Genesis G70 2.0T Sport.

Cette variante est simplifiée d’une boîte manuelle à 6 rapports et mise uniquement sur la propulsion de ses deux roues motrices arrière. Gageons que celle-là sera scrutée à la loupe par les curieux et les mordus de conduite inspirée, ne serait-ce parce que Genesis a travaillé à parfaire sa berline sport à même le légendaire circuit du Nürburgring, en Allemagne.

HeapMedia480626

Les designers de la marque – dont Alexander Selipanov, un transfuge de chez Bugatti (!) – n’ont pas cherché à choquer la clientèle avec la Genesis G70, mais la silhouette est certainement plus athlétique que celle de la G80 ou de la limousine G90.

Le même commentaire s’applique à l’habitacle de la voiture, la planche de bord privilégiant la fonctionnalité plutôt que l’extravagance. En bonne berline de luxe, la qualité des matériaux est au rendez-vous; jetez un coup d’oeil à notre galerie-photos pour découvrir l’oeuvre d’art que sont les sièges, un détail qui pourrait convaincre même les plus sceptiques.

La réaction du public sera primordiale pour cette première voiture «abordable» issue du catalogue de Genesis. Le design sera-t-il jugé trop conservateur ou, au contraire, trop osé? Le moins que l’on puisse dire, c’est que la silhouette de la Genesis G70 est plus musclée que celle de ses deux autres (plus grandes) consoeurs, un élément qui ne devrait pas nuire à l’engouement des consommateurs. Quant à la stratégie retenue sous le capot, le constructeur semble avoir cerné les besoins ce cette clientèle qui refuse encore de s’asseoir à bord d’un VUS «à la mode».