La statistique qui saute aux yeux, c’est celle concernant la distraction au volant. On apprend que l’an dernier, le nombre d’accidents mortels pouvant leur être attribué est passé de 17 à 24, une hausse spectaculaire de 41 %.

Pour la première fois donc, la distraction au volant tue davantage de gens sur les routes du Québec que l’alcool ou les drogues.

En première place, encore une fois malheureusement, s’installe la vitesse.

Le problème concernant les distractions au volant, c’est que ça ne risque pas de s’améliorer de sitôt. Pourquoi ? Parce que trop d’automobilistes semblent incapables de se discipliner et aussi parce que les constructeurs ne font rien pour éliminer le caractère «distractif» de leurs véhicules.

HeapMedia274376

Vous venez de visiter le salon de l’auto de Montréal? Vous y avez vu que, plus que jamais, les véhicules modernes, avec leurs écrans d’infodivertissement multifonctions, sont devenus des outils capables de déconcentrer les conducteurs plusieurs fois par minutes.

Pire encore, dans certains modèles, des commandes de base comme le contrôle de la force de la climatisation ou de la température doivent se faire via l’écran tactile.

D’un côté, on interdit aux gens de manipuler leurs cellulaires (avec raison) sous la menace de peines sévères… pendant que de l’autre, les constructeurs mettent de l’avant des systèmes qui invitent à la délinquance. Et ça, c’est quand leur configuration ne nous force carrément pas à dévier notre attention de la route.

Mais si les constructeurs ont leur part de blâme et qu’une partie de notre travail est de les harceler afin qu’ils conçoivent des systèmes nécessitant moins d’interventions humaines lorsque leurs véhicules sont en mouvement, 100% de la responsabilité revient quand même… aux conducteurs.

Ce sont eux, en bout de piste, qui décident d’être distraits au volant. Et c’est là que réside le problème.

HeapMedia480520

Bien sûr, lorsqu’on prenait le volant d’une automobile au milieu des années 1970 ou 1980, les distractions étaient celles qu’on voulait bien se permettre: changer le poste de radio, ajuster le volume ou régler l’intensité de la ventilation. Et, dans certains cas, retourner la cassette de bord…

Vous en conviendrez, il n’y avait qu’une chose à faire à l’époque et c’était de se concentrer sur la route. Qui plus est, on se trouvait aux commandes de voitures qui ne bénéficiaient pas de systèmes d’aides à la conduite, de freins ABS ni de ces autres bidules capables de nous seconder, voire de nous sauver en cas de perte de contrôle.

Et il fallait bien se débrouiller. Quand même, des accidents survenaient en raison de la distraction – il nous arrivait d’entendre parler d’une collision qui s’était produite parce qu’un des conducteurs était occupé à changer le poste émetteur.

Bref, hier comme aujourd’hui, le responsable est celui ou celle qui se retrouve derrière le volant.

HeapMedia480516

De nos jours, les véhicules sont devenus tellement faciles à conduire et à ce point bardés de systèmes d’aides multiples qu’ils confèrent une fausse impression de sécurité à ceux qui les pilotent.

Renforcés par ce sentiment, les gens s’adonnent à toutes autres tâches connexes, que ce soit manipuler l’écran d’information, répondre à un texto, se maquiller, boire, manger, flatter le chien, parler au cellulaire…

Encore une fois, un seul responsable: l’humain.

En conséquence, puisqu’il n’y a qu’un seul responsable (a-t-on besoin de le nommer une fois de plus ?), est-ce à dire qu’il n’y a qu’une seule solution ? Nous savons déjà que ce dernier a énormément de difficulté à se discipliner. Les accidents, ça n’arrive qu’aux autres, n’est-ce pas ?

HeapMedia293879

Voilà pourquoi le Gouvernement du Québec a, pour la première fois en 15 ans, revu le code de la Sécurité routière pour y inclure, notamment, des peines plus sévères reliées à l’utilisation du téléphone cellulaire – et des textos, plus particulièrement.

La répression, malheureusement, serait la meilleure avenue pour régler ce fléau. Est-ce la seule chose capable de faire réfléchir les gens ? Semble que oui.

Personnellement, et comme on dit: j’en ai plein mon casque de ces distraits du volant. Je suis écoeuré de voir tout un chacun continuellement piloter leur véhicule… leur attention sur leurs cellulaires.

Je suis exaspéré chaque fois que je remarque que le conducteur qui me suit baisse constamment les yeux pour regarder et répondre à ses messages textes. Je sais que ce n’est qu’une question de temps avant que la voiture que je conduis se fasse emboutir…

Pourtant, la solution est si simple: lâcher les foutus cellulaires.

HeapMedia480518

On a dû mettre des décennies pour faire comprendre aux gens que l’alcool et la vitesse tuaient. On a fait des progrès immenses et il reste toujours du travail à faire. Mais maintenant, on est aux prises avec un problème majeur grandissant: les distractions au volant. Pour combien de temps encore ? Permettez-moi d’être pessimiste.

Mon seul salut, c’est que les gens se réveillent. La conduite d’une automobile est une affaire sérieuse et elle nécessite 100% de votre concentration et ce, en tout temps.

C’est non négociable.