Dans la rue déserte, vous regrettez de ne pas avoir déjà localisé vos clés, perdues dans la sacoche ou cette poche de manteau sans fond, entre un lourd portefeuille et un cellulaire. Vous êtes peu rassuré, mais vous haussez les épaules: c’est juste dans les films, que ça arrive, ces choses-là.

Re-erreur.

Soudain, vous entendez des pas derrière. Vous augmentez la cadence – vous sentez votre rythme cardiaque en faire autant. Vous continuez de vous dire: ben non voyons, à bas la paranoïa,

Erreur encore: Sachez qu’avant d’être attaquées, nous ont confié les policiers interrogés pour ce reportage, les victimes d’agression physiques survenues dans la rue ou dans un stationnement se disaient à peu près toutes la même chose: «J’aurais dû écouter ce mauvais feeling.»

Vous avez un mauvais pressentiment? N’hésitez pas: composez le 9-1-1. Mieux vaut avoir l’air fou… que mort.

HeapMedia226440

  • Optez en autant que possible pour les cases extérieures d’un stationnement situé à proximité de lieux achalandés, tels un poste d’essence ou un restaurant. Dans un stationnement souterrain, choisissez un endroit éclairé (logique, direz-vous…) et là où il y a davantage de va-et-vient, soit près des escaliers ou des ascenseurs.
  • Mémorisez bien l’emplacement, pour ne pas avoir à le chercher à votre retour.
  • Ne laissez rien à la vue dans votre véhicule: pas même des pièces de monnaie dans le porte-tasse. Ces articles qui vous semblent négligeables, comme un manteau jeté sur la banquette, pourraient en intéresser des plus mal pris que vous.
  • En quittant à pied le stationnement, localisez les dispositifs de sécurité: poste des agents, caméras de surveillance, téléphones d’urgence. Vous ne voyez rien de tout cela? Faites-en la demande au propriétaire du stationnement… ou changez d’endroit.
  • En retournant à votre véhicule à la nuit tombée, évitez les raccourcis par les petites ruelles sombres – tant pis s’il vous faut allonger votre parcours.
  • Marchez rapidement, en ayant l’air de quelqu’un qui sait où il/elle s’en va. Vous attirerez moins l’attention que si vous semblez peu sûr(e) de vous.
  • Par contre, laissez tomber les écouteurs branchés sur votre musique préférée, la lecture des dernières nouvelles sur votre cellulaire, la vérification des courriels ou des textos: restez alerte à ce qui se passe autour de vous.
  • Le sac à main, mieux vaut le porter en bandoulière. Mais si un truand veut vous l’arracher, ne vous battez pas avec lui. Vaut mieux perdre son sac… que sa vie.*
  • Vous devez rapporter des boîtes, un ordinateur portable? Laissez-les au bureau et revenez ensuite les récupérer en voiture. Vous ne susciterez la convoitise de personne dans la rue, mais aussi, en cas d’agression, vous aurez les mains libres.
  • Conservez votre téléphone cellulaire dans une de vos poches, à portée de main.
  • Dans l’autre poche, gardez vos clés d’auto, de sorte que vous n’aurez pas à nerveusement les chercher, une fois à destination. Par ailleurs, sachez qu’une clé solidement maintenue entre deux doigts peut se transformer en une arme de dernier recours…
  • Vous possédez un véhicule suffisamment moderne pour ne pas en avoir, de clé? La télécommande qui déverrouille à distance et qui permet le démarrage sans clé peut quand même être utile – pour son bouton panique.
  • Vous vous sentez suivi(e)? Accélérez le pas, changez de trottoir, dirigez-vous vers un lieu plus achalandé et n’hésitez pas à crier pour demander de l’aide.
  • En approchant de votre véhicule, scrutez les environs. Des mouvements suspects? De louches personnages? Ayez confiance en votre instinct et composez le 9-1-1. Indiquez rapidement – et d’une voix forte – votre position à l’opérateur. Voilà qui devrait faire fuir les malfaiteurs.
  • En ultime ressort, pourquoi ne pas demander à un collègue de vous accompagner jusqu’à votre véhicule? Vous profiterez tous les deux d’une pause-fraîcheur et de quelques pas d’exercice, avant que vous ne reconduisiez votre partenaire à son point de départ.
  • Personne pour vous escorter? À la limite, prenez un taxi et demandez au chauffeur d’attendre, avant qu’il ne quitte les lieux, que vous ayez démarré.
  • Vous êtes tentés par les répulsifs à ours (en guise de poivre de Cayenne, toujours interdit au Canada…!)? Attention: ces vaporisateurs pourraient se retourner contre vous si vous ne les manipulez pas convenablement ou si le vent souffle dans votre direction.
  • Utilisez plutôt sur un sifflet d’alerte ou, mieux encore, enfoncez la touche « panique » de votre télécommande de déverrouillage, si votre véhicule se trouve à proximité.
  • Une fois à votre voiture, assurez-vous que personne ne se dissimule dans l’habitacle. De tels scénarios cauchemardesques, ça n’arrive pas que dans les films d’horreur.
  • Et lorsque vous serez en sécurité dans votre automobile, n’ouvrez sous aucun prétexte ni la portière, ni la fenêtre à quiconque en fait la demande. Il y a toujours moyen de discourir au travers d’une vitre et de promettre à l’inconnu qui demande de l’aide de communiquer avec les services d’urgence.

… les services policiers préfèrent de loin un appel non fondé, que l’inaction se transformant en un triste rapport d’incident.