Alors que le constructeur américain est toujours à couteau tiré avec la NHTSA pour un rappel de 2,7 millions de véhicules qu’il ne veut pas effectuer, Chrysler a lancé de sa propre initiative le rappel de 630 000 4×4 pour d’une part un problème de liquide de refroidissement dans le système de transmission et d’autre part un problème de logiciel du système électrique.

Le souci de liquide de refroidissement concerne 221 000 Jeep Wrangler produites en 2012 et en 2013 dotées du moteur 3,6 litres et d’une boîte de vitesses automatique. Cela concerne 181 000 véhicules aux États-Unis, 18 400 au Canada, 3 300 au Mexique et 18 300 dans le reste du monde. Le problème de logiciel du système électrique impliquerait, selon une note interne, « un retard du déploiement du coussin gonflable en cas de tonneau (…), avec un risque accru de blessures lors d’un accident ». Sont concernées 409 000 Jeep Compass et Patriot, produites entre 2010 et 2012 dont 254 400 aux États-Unis, 45 400 au Canada et 109 200 dans le reste du monde.

Dans son litige l’opposant à la NHTSA, Chrysler a jusqu’au 18 juin pour envoyer sa réponse circonstanciée à l’agence. De son côté, la NHTSA a le pouvoir de convoquer des audiences publiques sur le dossier.