À présent que vous voilà titulaire d’un permis de conduire, vous pensez peut-être avoir franchi tous les obstacles. Mais… n’oubliez pas que les tarifs pour jeunes conducteurs sont parmi les plus élevés en assurance automobile.

Or, c’est souvent vers cet âge que l’on quitte le nid familial. C’est une période où l’on n’a pas trop de sous, alors la prime d’assurance peut faire la différence entre être en mesure de conduire un véhicule ou… devoir continuer d’emprunter les transports en commun.

Heureusement, il existe des moyens simples pour éviter que le coût de votre assurance automobile ne devienne votre cauchemar. Voici une liste générale de façons qui pourraient vous permettre d’obtenir un tarif raisonnable.

Lorsque vous entreprenez les démarches pour obtenir votre permis, choisissez une école recommandée. Quitte à payer des cours (obligatoires, au Québec), aussi bien le faire auprès d’une institution qui vous apprendra réellement quelque chose.

Vérifiez auprès de votre assureur s’il peut faire quoi que ce soit pour réduire votre facture. Peut-il vous fournir une liste des véhicules les moins volés donc, les moins susceptibles d’être grevés de fortes primes?

D’ailleurs, oubliez la belle Ford Mustang neuve, optez plutôt pour un véhicule pratico-pratique qui coûtera moins cher de manière générale – et pas qu’à assurer. Et avant de lui apporter des modifications, notamment d’ordre esthétique, vérifiez si l’installation d’un aileron peut faire grimper les primes d’assurance. 

Toute caractéristique accroissant la sécurité de votre voiture contribuera à réduire votre prime d’assurance. D’abord contre le vol: pensez burinage, système d’alarme ou la bonne vieille barre de fer. (Celle pour verrouiller le volant, on s’entend.)

La sécurité passe aussi par les nouvelles aides à la conduite qui se démocratisent à vitesse grand V. Si votre véhicule est flambant neuf, il a de grandes chances de profiter des capteurs ou de la caméra de recul, des alertes aux angles morts et aux changements de voie. N’oubliez pas de mentionner la chose à votre compagnie.

Les statistiques indiquent que les jeunes conducteurs sont davantage susceptibles d’être impliqués dans une collision. Ne faites pas partie de ces statistiques: soyez toujours attentif à ce qui se passe autour de vous et ne commettez jamais d’infraction. Ne risquez pas de vous faire donner une contravention ou d’avoir affaire à un représentant de la loi; cela pourrait figurer à votre prochaine négociation de prime.

Si vous trouvez qu’il vous en coûte malgré tout cela trop cher pour vous assurer, essayez de vous faire couvrir par l’assurance de l’un de vos parents. Demandez à ce parent de vous inscrire parmi les conducteurs du véhicule, qui deviendra alors familial; vous obtiendrez ainsi un tarif beaucoup plus raisonnable. Mais ne mentez pas à l’assureur: si vous êtes le principal conducteur, vous êtes le principal conducteur. Sans quoi une éventuelle réclamation pourrait vous être refusée.

Prenez le temps de vous informer de ce que votre assureur prend en compte dans le calcul des primes et gardez cette information en tête lorsque vous prenez des décisions au sujet de votre voiture. Ne vous laissez pas décourager, quels que soient les montants qu’on vous annonce. Peut-être voudrez-vous envisager les «boîtes noires» télématiques qui enregistrent votre conduite – et vous accordent jusqu’à 25% de rabais, mais lisez ici / et ici que cette surveillance n’est pas fait pour tout le monde…