C’est d’ailleurs dans cet esprit que les gens de Mazda Canada ont organisé le Mazda Adventure Rally 2013. Le but derrière cette expérience de conduite est évidemment de s’amuser au volant de véhicules de la marque. Toutefois, la division canadienne a tout de même voulu joindre l’utile à l’agréable en mettant à l’enjeu une bourse qui serait versée à un organisme de charité au choix du ou des participants.

Dans ce cas-ci, le constructeur n’a pas cherché à vanter les mérites de ces deux multisegments comme c’est souvent le cas dans des événements de cette envergure. Ce rallye n’était qu’une occasion de ramasser des fonds pour une bonne cause, en plus de se distraire au volant des deux CX. Croyez-moi, cette ambiance festive a énormément plu aux participants qui ont embarqué dans cette aventure.

Au menu, dix équipages conduisant cinq Mazda CX-5 et cinq autres CX-9 sur une période de deux jours. Plus de vingt heures de conduite sur les plus belles routes du Colorado et de l’Utah, avec bien entendu des paysages à couper le souffle. L’équipe se méritant le plus grand nombre de points après ces deux journées se voit remettre la somme de 10 000$, la deuxième place donnant 2000$, tandis que la troisième place remportait 1000$, toutes des sommes versées aux organismes respectifs de chaque équipage.

HeapMedia271242

Pour ce qui est de l’équipe d’Autofocus composée de Matt Bubbers de l’équipe de Toronto et moi-même, nous avions décidé de verser nos gains à deux organismes différents, notre situation géographique étant un peu particulière.

Matt a décidé de s’associer à Toronto Public Library Foundation, un organisme – son nom le dit – qui supporte les bibliothèques de la région de Toronto. Dans mon cas, j’ai plutôt décidé d’encourager une organisation lachinoise qui vient en aide aux décrocheurs du système scolaire à se trouver de l’emploi et à encourager le raccrochage, soit le Carrefour Jeunesse-Emploi Marquette.  Vous comprenez donc que nos gains allaient être séparés en deux montants égaux si jamais nous décrochions la cagnotte.

Autant vous le dire tout de suite, ce rallye n’avait rien à voir avec le championnat WRC qui réunit les meilleurs pilotes de la discipline. Dans ce cas-ci, les participants devaient accomplir plusieurs tâches afin d’enregistrer des points, et ce, dans un laps de temps déterminé.

C’était d’ailleurs cet élément qui rendait l’événement plus excitant, des pénalités étant prévues pour les équipes en retard aux différents points de contrôle. De plus, mentionnons que les systèmes de navigation installés à l’intérieur des véhicules ne pouvaient être programmés pour des destinations spécifiques. Notre seul outil de référence était une bonne vieille carte routière… comme dans le temps!

HeapMedia200370

À l’aide d’un iPad, nous devions prendre en photo différents sites spécifiques, question de prouver que nous avions roulé à cet endroit. Les véhicules étant tout équipés d’un dispositif relié au satellite, les organisateurs pouvaient au moins constater que nous roulions au bon endroit, les photos ajoutant un pointage boni.

Un autre challenge consistait à trouver le point le plus haut en altitude et le plus bas sur un trajet donné. L’équipe avec le plus grand écart méritait un maximum de points à cet endroit.

Lors de la deuxième journée, l’un des objectifs consistait à reproduire une scène spécifique d’un film hollywoodien à l’endroit même où celle-ci avait été tournée. Par exemple, la dernière scène du long-métrage Thelma & Louise se déroule aux abords d’une falaise. Nous avons roulé à cet endroit très précis et nous devions prendre la photo dans le même angle que la photo fournie.

HeapMedia112108

Quelques autres épreuves nous ont été soumises au fil de ces deux journées intenses de conduite sur les plus belles routes de la région. Vingt-et-une heures de conduite en deux jours, c’est beaucoup!

Il faut applaudir Mazda de nous avoir confié des CX-5 et des CX-9 pour rouler sur des routes très ardues pour ce genre de véhicule. Les CX sont des multisegments urbains, pas des 4×4 purs et durs! Sur certains parcours, les seuls véhicules que nous rencontrions étaient des camionnettes pleine grandeur ou des Jeep Wrangler Rubicon, c’est vous dire!

Pourtant, les deux véhicules ont prouvé leur robustesse puisque aucun bris mécanique ni même une crevaison n’a été rapportée et, soyons francs, certains d’entre nous n’ont pas ménagé les véhicules.

Si le CX-9 est un gros véhicule confortable qui bénéficierait d’une refonte, le CX-5 est grandement plus agile et plaisant à conduire. Quant à la conduite en altitude – nous avons dépassé les 3500 mètres  plus d’une fois –, il s’agit d’un rude traitement pour un moteur en manque d’oxygène, la puissance des engins diminuant à mesure que nous grimpions.  

HeapMedia112107

Vous vous demandez peut-être à quelle position nous avons terminé. Malheureusement, notre mauvais classement de la première journée (septième) a nuit à notre remontée. Nous avons donc terminé au septième rang sur dix équipes, notre détour de la première journée ainsi que quelques photos oubliées nous ayant relégués à cette position peu enviable.

Pourtant, notre deuxième journée s’est bien déroulée au niveau du pointage. À notre défense, le classement final était très serré.

Le constructeur va-t-il répéter l’expérience l’an prochain? Certainement. A-t-on une idée de l’endroit et/ou des véhicules retenus pour l’épreuve? Aucune, mais une chose est sûre: le constructeur n’aura aucune misère à dénicher dix autres équipes pour sa deuxième édition.

HeapMedia121894