La première chose à considérer lorsqu’on doit choisir entre se débarrasser ou non de son vieux véhicule est la fiabilité. À ce sujet, de nombreux magazines et autres publications sur l’automobile, par exemple Consumer Reports, évaluent habituellement les voitures selon leur fiabilité dans le temps.

Le problème, c’est que pour un grand nombre d’automobiles, les essais ne se poursuivent pas jusqu’à ce que l’odomètre atteigne six chiffres. Bien sûr, certains modèles sont testés à long terme, mais la plupart du temps, la question de la longévité n’est pas au menu.

Dans ce cas, c’est à vous, le propriétaire, de déterminer la fiabilité de votre automobile. Peu importe le kilométrage à l’odomètre, demandez-vous si vous avez eu relativement peu de problèmes avec votre véhicule. Et par peu de problèmes, on veut dire aucun trouble majeur avec les pièces importantes comme la transmission, le moteur, etc.

Vous seul savez comment vous conduisez votre voiture et comment vous la traitez. Si vous avez eu relativement peu de problèmes, vous pourriez considérer la conserver. 

Comme toujours, les opérations de maintenance sont essentielles. Si vous avez toujours bien entretenu votre véhicule et si vous pensez continuer à le faire, vous profiterez presque à coup sûr d’une bonne longévité.

En effectuant les vidanges d’huile et de divers fluides à temps, vous favorisez non seulement le bon fonctionnement de votre automobile à court terme, mais aussi son bon fonctionnement à long terme. Moins le groupe motopropulseur d’une voiture est soumis à rude épreuve, meilleur sera l’état de celui-ci pendant de longues et longues années.

«Dans le temps», après 160 000 kilomètres, la vie utile d’un véhicule touchait à sa fin et son propriétaire devait accepter toute valeur de reprise raisonnable. Mais les voitures construites à la dernière décennie sont si durables qu’elles peuvent facilement dépasser le double de cette distance, en autant qu’elles aient été bien entretenues.

Votre véhicule vient de franchir la barre fatidique des 160 000 km? Comme nous l’avons mentionné précédemment, évaluez d’abord sa fiabilité. Évaluez aussi comment vous avez pris soin du véhicule. Vous connaissez l’historique de votre véhicule mieux que quiconque (n’hésitez pas à revisiter vos factures) et vous savez quelles pièces ont été remplacées. Freins, silencieux, radiateur…

Vous en connaissez les pièces neuves, mais vous connaissez aussi les pièces usées et vous avez sûrement une bonne idée de ce qui pourrait briser bientôt. Si ce n’est pas le cas, offrez à votre voiture un passage dans l’antre des centres techniques de CAA-Québec (une dizaine au Québec).

Que vous soyez membre CAA ou pas, l’inspection de fond en comble que les spécialistes de l’Association canadienne des automobilistes réserveront à votre douce, moyennant plus ou moins 150$, vous mettront sur la bonne piste. Sachez qu’au Québec, c’est à peu près le seul endroit où vous pouvez obtenir un diagnostic objectif, puisque les centres techniques ne font qu’examiner – pas réparer.

Vous pouvez aussi faire le tour des forums Internet qui traitent de votre modèle; d’autres ont sûrement roulé davantage et ont partagé ce qui a lâché, et à quel moment. De la sorte, vous pouvez vous fixer un calendrier personnel, prévoyant que l’alternateur rendra l’âme dans tant de kilomètres, puis que ça sera le climatiseur…

À l’achat d’un véhicule, la chance n’est pas toujours au rendez-vous. Ainsi, certains d’entre nous se sont déjà retrouvés avec un véritable citron, que la voiture soit neuve ou usagée. Dans ce cas, il est beaucoup plus facile de se débarrasser du problème en achetant une autre voiture.

Mais si votre automobile actuelle avale les kilomètres sans protester, sachez que les réparations qu’elle pourrait un jour exiger ne représenteront rien, comparé aux paiements mensuels d’une voiture neuve avec lesquels vous devrez vivre pendant quelques années.

Ne vous faites pas avoir par les publicités alléchantes qui parlent de «juste 250$ par mois». Une voiture, ça coûte cher et vous ne vous rendez pas service en n’envisageant que le paiement mensuel. Faites plutôt les bons calculs: quel est le taux d’intérêt réel? Sur combien d’années? Jetez un oeil sur le cumulatif des taxes et des frais de transports, qui dépasseront sûrement – et allègrement – les 3000$.

Et peut-être voudrez-vous finalement la faire réparer, cette transmission…