On le devrait, parce que «la dépréciation est la dépense la plus élevée pour le propriétaire d’un véhicule, plus que l’essence, l’entretien ou l’assurance,» soutient Brian Murphy, vice-président en recherche et à l’éditorial chez Canadian Black Book, la référence en valeur de revente automobile depuis plus de 50 ans au pays.

Du coup, «bien comprendre la valeur retenue pour quiconque cherche à acheter, vendre ou échanger un véhicule est extrêmement important,» dit encore M. Murphy.

Comment comparer? Simplement en consultant le site de Canadian Black Book.

Et, bien sûr, en faisant le tour de notre galerie-photos ci-haut, parce qu’elle recense les voitures ayant le moins déprécié pour la période 2013-2017.

Notez que chaque photo vous livre la gagnante de sa catégorie, mais aussi les voitures qui suivent en 2e et en 3e positions.