Il y a une décennie, moins du tiers (28%) des voitures achetées neuves 15 ans auparavant roulaient encore, dit la firme d’analyse canadienne DesRosiers Automotive Consultants.

Aujourd’hui, près de la moitié (44%) des voitures achetées neuves il y a 15 ans sont encore sur la route.

Même qu’aujourd’hui, une voiture sur dix âgée de 20 ans a encore des chances de circuler.

La donne varie évidemment selon que l’on parle d’un véhicule américain ou importé. Ainsi, les GM, Ford et Chrysler de ce monde (voitures et camions confondus) affichent aujourd’hui un «taux de longévité» de 46% après 15 ans, une nette avancée versus les 35% enregistrés au tournant du millénaire.

Mais l’écart est encore plus positif chez les marques importées (asiatiques et européennes); le nombre de leurs véhicules qui, après 15 ans, circulent encore aujourd’hui est de 56%. C’est plus d’un véhicules sur deux, ça. Et si la tendance se maintient, ça sera bientôt deux véhicules sur trois.

Mais qu’est-ce qu’un tel taux de longévité en hausse peut bien changer dans notre vie de tous les jours?

Cela vient changer le fait que plus ça va, et plus les véhicules usagés peuvent rouler encore et encore.

Autrefois, faire l’acquisition d’une voiture vieille de huit ou neuf ans, c’était faire l’acquisition d’un bolide sur le point de trépasser. Aujourd’hui, les véhicules du même âge ne sont qu’en milieu de vie et ont encore plusieurs longues et bonnes années à offrir.

Du coup, leur valeur de revente augmente et ça laisse plus de sous en poche pour celui qui s’en départit.

L’écart de longévité est encore plus marquant pour certains produits. Sans surprise, ce sont les camions (un sur cinq roule encore après plus de 20 ans) et les marques de luxe qui présentent les meilleurs taux de «survivance».

Du côté des voitures, la moyenne de l’industrie indique qu’à peine 6% des unités vendues il y a plus de 20 ans roulent encore.

Exception faite des Porsche: la moyenne des voitures encore sur la route après ce laps de temps est de… 74%. C’est dire que trois Porsche sur quatre vendues il y a deux décennies sont toujours immatriculées. Vous parlez d’une dépréciation qu’on étire et qu’on étire; de quoi rentabiliser son investissement!

Les Mercedes-Benz font aussi très bien avec un taux de survivance, après 20 ans, de 66% – soit deux «Benz» sur trois.

Les Jaguar et les BMW sont nez à nez avec le tiers d’entre elles encore sur la route. Surprise: Audi fait moins bonne figure que sa consœur Volkswagen avec une longévité moyenne de 6% versus de 10% pour «la marque du peuple».

Ce 10% est d’ailleurs parmi les meilleurs taux de longévité chez les voitures qui ne sont pas de luxe – l’autre constructeur qui peut se targuer d’un aussi bon taux est Toyota.

Étonnamment, Honda s’en tire avec seulement 5% de ses voitures qui circulent encore après 20 ans – c’est moins que pour Chrysler et Chevrolet (6%), mais c’est mieux que pour Ford (4%) et Subaru (3%).

Taux de survivance – voitures (excluant les camions) qui roulent encore après 20 ans
Source : DesRosiers Automotive Consultants

Porsche: 74%
Mercedes: 66%
Jaguar: 32%
BMW: 30%
Cadillac: 20%
Volvo: 19%
Lincoln: 18%
Toyota: 10%
Volkswagen: 10%
Moyenne de l’industrie: 6%
Audi: 6%
Buick: 6%
Chevrolet: 6%
Chrysler: 6%
Honda: 5%
Mazda: 5%
Nissan: 5%
Ford: 4%
Subaru: 3%
Dodge: 3%
Hyundai: 1%