Le côté sombre d’une liste comme l’étude annuelle sur la fiabilité J.D.Power, également connue sous l’appellation anglophone Vehicle Dependability Study, c’est qu’en bas de celle-ci, on retrouve les constructeurs qui enregistrent des résultats un peu – ou pas mal moins reluisants.

On pense certes aux habitués de cette queue de peloton, comme les divisions du groupe FCA (Fiat, Chrysler, Dodge, Jeep, Ram), mais il y a aussi d’autres joueurs qui se démarquent par un nombre inquiétant de «problèmes par 100 véhicules» – les PP100.

Les 19 véhicules les plus fiables selon l’étude de fiabilité 2018 de J.D.Power.

Nous avons déjà décortiqué le haut du pavé de l’étude 2018 ici, jetons maintenant un coup d’œil aux bas-fonds de ce palmarès annuel. Voici quelques faits saillants.

• Ce n’est plus Fiat, c’est désormais Chrysler qui doit composer avec le très peu enviable dernier rang. Cela dit, même en fin de peloton, Chrysler a enregistré un résultat plus acceptable cette année (211 PP100) que Fiat l’an dernier (298 PP100).

• De fait, on peut presque dire que Fiat fait partie des gagnants cette année – même s’il est le troisième pire constructeur de la liste –, lui qui est remonté de 298 PP100 à 192 PP100 en une seule année.

• Avec la division Chrysler, Land Rover (204 PP100) est le seul autre constructeur à s’afficher avec plus de 200PP100.

HeapMedia482523

• Voyez dans le graphique ci-dessous comment on retrouve, en bas de la moyenne de l’industrie (142 PP100), des marques pourtant populaires comme Volkswagen (157 PP100), Acura (159 PP100), Volvo (162 PP100) et Subaru (167 PP100).

• Si Chevrolet a gagné des points cette année pour remonter de la 8e à la 6e position (!), sa division de luxe en perd beaucoup: Cadillac est passé de trois rangs au-dessus de la moyenne l’an dernier (avec 152 PP100) à la presque queue du peloton (avec 186 PP100) en ce sondage 2018. S’agit-il d’un consensus à l’égard du fameux système de divertissement CUE vertement critiqué par la presse automobile depuis son intégration à bord des véhicules de la marque?

D’ailleurs, c’est la 3e année consécutive que J.D. Power remarque une technologie qui donne des maux de tête aux automobilistes… et aux constructeurs.