Évaluations

8.0

Jeep Wrangler 2018 : prêt pour une autre décennie?

Par Vincent Aubé

20 décembre 2017

Tucson, AZ – Le 4×4 le plus emblématique du globe fait peau neuve en 2018. Après 10 ans sous la forme JK, nom de code de cette génération, le nouveau Jeep Wrangler JL reprend là où va laisser son prédécesseur – car le constructeur va commercialiser deux versions du Wrangler en 2018, le modèle sortant et le tout nouveau.

En théorie, le Jeep Wrangler devrait continuer sur sa lancée, le robuste utilitaire ayant permis à l’usine de Toledo, en Ohio, de rouler à fond de train depuis plusieurs années. Le segment des vrais 4×4 a perdu beaucoup de plumes ces dernières années, mais le porte-étendard de Jeep a tenu bon et rien n’indique que cette tendance va ralentir et ce, même si la concurrence prépare une riposte.

Avec ces données en tête, il est permis de croire que Jeep lance, une fois de plus, un véhicule à succès. La division canadienne ayant convié quelques membres de la presse automobile à venir essayer en Arizona son plus récent véhicule tout-terrain, voici notre résumé de ce premier contact.

HeapMedia479451

Avantages et inconvénients

  • + Capacités hors route
  • + Boîte de vitesse
  • + Apparence du tableau de bord
  • + Mécanique raffinée
  • + Comportement routier surprenant
  • - Prix élevé
  • - Prix des options
  • - Direction
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que le nouveau Jeep Wrangler 2018 ressemble beaucoup à ses ancêtres. Au même titre qu’une Porsche 911 ou une Ford Mustang, un Jeep se doit de respecter la tradition, ne serait-ce que pour conserver ses adeptes.

    Le nouveau modèle est toujours disponible en deux empattements distincts, celui à quatre portières étant celui qui intéressera la majeure partie du public. Plus long, plus large, mais surtout plus léger, le Wrangler 2018 a beau ressembler à ses prédécesseurs, certaines particularités permettent de le distinguer, comme ce pli pratiqué dans la tôle latérale du véhicule, débutant à même la portière de première rangée pour terminer au-dessus du feu de position arrière. Un trait banal en apparence, mais qui donne à cette silhouette un peu plus de muscle!

    À l’avant, la grille de calandre à sept ouvertures répond encore présente, bien que remodelée au passage. Les phares peuvent désormais être éclairés par des diodes électroluminescentes, du plus bel effet. De profil, les concepteurs nous garantissent que le volume de fenestration a grandi – on va les croire sur parole. Une chose est sûre: la vitre de derrière est clairement plus large que par le passé, d’autant que le pneu de secours est placé plus bas.

    Au Canada, le Jeep Wrangler sera offert en trois niveaux de finition: Sport, Sahara et Rubicon. Bien entendu, le modèle conçu pour les expéditions loin de l’asphalte (Rubicon) est celui qui intéressera les mordus. Son caractère plus agressif a d’ailleurs forcé les ingénieurs à rehausser les arches de roues quelque peu pour les pneumatiques de 33 pouces installées d’office.

    HeapMedia479442

    8.0Très bien
  • Intérieur

    Ce changement de modèle s’observe aussi à l’intérieur, la planche de bord redessinée étant, selon les dires du département de design, un hommage à plusieurs versions du Jeep au fil de son histoire. Ce qui saute aux yeux, c’est cette utilisation de matériaux de meilleure qualité et ce, même dans la livrée Sport de base que nous avons pu essayer. Évidemment, les livrées Sahara et Rubicon se font plus luxueuses et ça paraît au toucher.

    Mais revenons à la planche de bord, pour dire qu’elle est avant tout fonctionnelle, les principales commandes du quotidien étant placées aux bons endroits. Une bonne note aussi pour les deux écrans de grande taille du système UConnect (7 ou 8,4 pouces) qui passent à la quatrième génération cette année. L’ensemble est plus attrayant à regarder et plus rapide à utiliser. Caméra de recul oblige, les modèles de base sont eux aussi munis d’un écran, mais il s’agit de celui de 3,5 pouces qui vient d’office avec l’ancienne version du système UConnect… et il n’y a rien de mal là-dedans!

    Un mot aussi sur la sellerie qui se fait plus enveloppante à la première rangée. Malgré ce gain, les passagers ne se sentiront pas assis aussi confortablement que dans, par exemple, une Chrysler 300. En revanche, Jeep a travaillé fort pour simplifier les différents toits offerts. Celui en toile est livré de série, mais il se replie désormais vers l’arrière en quelques instants – et, évidemment, il peut être enlevé complètement.

    Le toit rigide permet lui aussi aux occupants de profiter de l’environnement extérieur, grâce à ses panneaux amovibles ou même à sa portion arrière latérale qui se retranche en quelques secondes. Quant à l’option Sunrider, cette toile se replie jusqu’à l’arrière pour donner un bain de soleil à tous ceux qui se trouvent à bord.

    HeapMedia479461

    7.5Bien
  • Technologie

    L’année-modèle 2018 amène un nouveau moteur à l’équation, pendant que le V6 de 3,6 litres est reconduit sans grands changements. Ce dernier six cylindres à aspiration normale est toujours disponible avec une boîte manuelle à six rapports ou avec une unité automatique en option, celle-ci comptant désormais 8 rapports.

    Mais ce n’est pas tout, puisqu’un 4 cylindres turbo de 2,0 litres se glisse à la colonne des options. Ce bloc est un peu moins puissant que le V6, mais se montre plus généreux en matière de couple. Oh, il est est exclusivement accouplé à la boîte automatique à huit rapports.

    Plus tard en 2019, le Wrangler sera proposé avec l’option turbodiesel, soit le V6 de 3,0 litres déjà commercialisé au sein du groupe FCA. Déjà, cet organe est perçu comme le groupe motopropulseur à acquérir par les mordus de conduite hors route, à cause de son couple gargantuesque.

    Évidemment, le nouveau modèle regorge de tout ce qu’il faut pour se sortir du pétrin lorsque les conditions s’amenuisent. Avec deux systèmes 4×4 disponibles, des essieux Dana améliorés, une boîte de transfert à deux vitesses, un verrouillage électrique des essieux, ainsi qu’un différentiel autobloquant, le Wrangler est – comme nous avons pu le constater – équipé pour veiller tard.

    HeapMedia479434

    8.5Très bien
  • Conduite

    Là où le Wrangler perdait beaucoup de points – surtout en version Rubicon – c’était au chapitre de la conduite sur route. Clairement, après quelques kilomètres effectués sur les routes de l’Arizona, on peut affirmer que cet aspect est nettement amélioré. Non seulement la direction est plus précise que par le passé, mais c’est surtout la réaction du châssis et de la suspension aux bosses de la route qui impressionne. Malheureusement, je n’ai pas pu mettre une version Rubicon à l’épreuve sur le bitume, mais déjà, l’aplomb démontré par les livrées Sport et Sahara rassure.

    Si le rendement du V6 demeure fidèle au modèle précédent – avec une meilleure économie d’essence lorsque jumelé à la boîte automatique –, c’est le 4 cylindres qui tire son épingle du jeu, formant une excellente paire avec la boîte de vitesses. Et il est clair que cette option sera la plus économe à la pompe à moyen terme. On a toutefois hâte de savoir quel sera le supplément exigé pour ce moulin.

    HeapMedia479450

    7.5Bien
  • Valeur

    C’est peut-être là que Jeep joue d’audace. En effet, le prix du nouveau Jeep Wrangler 2018 grimpe drastiquement: chaque modèle est environ 6000 $ canadiens plus dispendieux que le modèle précédent. Par exemple, une livrée deux portes Sport débute à 33 945$ en 2018 alors qu’un modèle équivalent d’ancienne génération commande une somme de 27 945$. À l’autre bout du spectre, un Jeep Rubicon 2018 à quatre portières débute à 48 745$ (avant les options).

    Le groupe FCA n’a pas dévoilé le prix de toutes les options, mais tout porte à croire qu’un Jeep Wrangler Rubicon «loadé» devrait osciller aux alentours des 60 000$ canadiens.

    8.5Très bien
  • Conclusion

    Il est toujours difficile pour un constructeur de procéder à une refonte d’un modèle aussi populaire que le Jeep Wrangler. D’un côté, les contraintes environnementales forcent les concepteurs à revoir leur formule et, de l’autre, les puristes du modèle veulent que le modèle ne soit pas dénaturé.

    C’est pour cette raison que le produit a gagné en qualité à bien des égards. Toutefois, le Wrangler 2018 est encore plus agile en terrain accidenté, le commentaire s’appliquant aussi à son comportement sur route. Et, avec une panoplie d’options mécaniques, le Jeep Wrangler devrait continuer son histoire à succès pour au moins une autre décennie, du moins c’est que les bonzes de la marque espèrent!

    HeapMedia479445

Publicité
APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN