Évaluations

8.0

Hyundai Kona 2018: 5 détails à retenir sur le p'tit dernier

Par Vincent Aubé

19 avril 2018

Vancouver, C.B. – Le Hyundai Kona 2018 est le plus récent membre de la famille des multisegments de poche et, à première vue, le p’tit nouveau coréen semble posséder plusieurs atouts pour connaître un succès planétaire – à commencer par sur nos routes.

Avantages et inconvénients

  • + Agrément de conduite
  • + Qualité de fabrication et de finition
  • + Charisme
  • + Look réussi
  • + maniabilité en ville
  • + Grand choix de modèles
  • + Conception moderne
  • - Pas de boîte manuelle
  • - Espace dans le coffre
  • - Visibilité arrière
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Un bouledogue urbain – et on aime ça

    Hyundai a peut-être attendu avant de s’immiscer dans ce créneau en ébullition des petits-petits utilitaires, mais force est d’admettre que le département de design a fait ses devoirs.

    Des arches de roues en plastique mat au bouclier à trois niveaux de phares, sans oublier ce faux pilier C à l’arrière du véhicule, tout, mais absolument tout respire la sportivité.

    Et chapeau au constructeur d’avoir osé plusieurs coloris éclatants également pour habiller son Kona.

    On verra bien d’ici quelques années si ce look plus «jeune» vieillit bien, mais pour le moment, je fais partie de ceux qui aiment cette carrosserie de bouledogue urbain.

    HeapMedia484582

    9.0Excellent
  • Intérieur

    La qualité est au rendez-vous

    Règle générale, la qualité d’assemblage est égale à ce que nous propose déjà Hyundai. Ici aussi, le constructeur suit la tendance du moment en intégrant à l’habitacle une planche de bord épurée avec, comme plat de résistance, un écran tactile de 7 pouces de largeur inséré devant les occupants de première rangée.

    Comme c’est le cas avec d’autres modèles Hyundai, les boutons qui tapissent la console et même les parois de l’écran central sont de bonnes dimensions. Hyundai imite aussi Mazda en proposant l’affichage tête haute, qui s’escamote sous un protecteur en plastique lorsque le conducteur n’en a plus besoin.

    En bon véhicule agréable à conduire, le volant se prend bien en main, tandis que les sièges de la première rangée sont assez enveloppants pour se permettre de pousser un peu la machine.

    Côté dégagement et espace de chargement, aucune surprise: à l’arrière, c’est plus serré pour les passagers qui y prennent place, et le même commentaire s’applique au coffre qui peine à accueillir deux valises de cabine. Ceux qui veulent un coffre plus volumineux devront regarder – le Hyundai Tucson, par exemple.

    HeapMedia484587

    8.5Très bien
  • Technologie

    Ici, on préfère le moteur turbo

    Hyundai ratisse large avec son plus récent mini-utilitaire, car deux motorisations 4 cylindres sont offertes.

    En entrée de gamme, le bloc atmosphérique de 2,0 litres livre une puissance de 147 chevaux et un couple de 132 lb-pi. La seule boîte de vitesses livrable avec ce moulin est une unité automatique à 6 rapports.

    Notez que les livrées abordables viennent d’office avec les roues motrices avant, mais qu’il est possible d’ajouter le rouage intégral pour quelques bisous de plus. Le modèle médian est quant à lui équipé des quatre roues motrices – un dispositif que le concurrent Toyota C-HR ne propose même pas sur sa livrée la plus haut de gamme…

    Plus haut dans la hiérarchie, le moteur 4 cylindres turbo de 1,6 litre s’inscrit comme l’option sportive de la gamme. Avec 175 chevaux et 195 lb-pi de couple, ce Kona turbocompressé déménage plus facilement, d’autant que ce moteur est accouplé à une boîte à double embrayage à 7 rapports. Sans être aussi efficace que les boîtes de Volkswagen ou Audi, cette option améliore grandement la sportivité du petit véhicule.

    HeapMedia484580

    8.5Très bien
  • Conduite

    Amusant, mais ce n’est pas une voiture sport

    La beauté d’un multisegment aussi petit, c’est qu’il démontre de belles aptitudes en matière d’agilité. Ses dimensions facilitent les manœuvres urbaines, tandis que la garde au sol se veut rassurante pour les nids-de-poule québécois.

    De même, la direction du Kona est assez précise et donne l’heure juste sur l’état de la route, tandis que la suspension est d’une fermeté adéquate pour aborder un virage à vive allure.

    Des deux mécaniques disponibles, c’est vraiment celle gavée par turbocompresseur qui est la plus énergique. Mais, pour les budgets plus serrés, le moteur à aspiration normale n’est pas vilain.

    Notez que la version turbo vient d’office avec un bouton qui permet de changer un peu le caractère du véhicule; les modes ECO, NORMAL et SPORT permettent d’aiguiser ou non les réactions de la mécanique, au cas où le conducteur voudrait s’amuser un peu.

    HeapMedia484574

    8.0Très bien
  • Valeur

    Le consommateur a du choix

    À un prix de départ de 20 999 $, le Hyundai Kona Essentials est déjà un multisegment intéressant avec son équipement de base, sa mécanique 4 cylindres de 2,0 litres, mais il manque le rouage intégral qui, heureusement, est livrable en option.

    Pour en bénéficier d’office, il est préférable de viser la livrée médiane – celle-ci s’appelle Luxury (à 27 499 $) – qui est elle aussi équipée du 4 cylindres de base.

    Les versions Trend (26 899 $) et Ultimate (31 799 $) sont quant à elles plus sportives avec leur moteur turbo, mais le prix illustre bien leur position dans la hiérarchie.

    HeapMedia484577

    7.5Bien
APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN
}