Reculez 20 ans en arrière. À cette époque, les petites voitures à moteur 4-cylindres qui développaient une puissance avoisinant les 138 chevaux portaient des écussons sport comme GTI, Si ou GTX par exemple. Ces différents modèles à caractère sportif étaient également considérés comme des véhicules compacts. De nos jours, pour conduire une voiture de gabarit semblable, il suffit d’aller chez son concessionnaire local et d’opter pour un véhicule de catégorie sous-compacte et vous obtenez sensiblement une voiture comparable aux petites bombes d’antan.

À l’heure actuelle, les trois sous-compactes les plus puissantes du segment sont d’origine coréenne. En effet, la Hyundai Accent, la Kia Rio et la Chevrolet Sonic affichent toutes une puissance de 138 chevaux. Bon d’accord, la Chevrolet Sonic est bel et bien fabriquée aux États-Unis et l’écusson qui se trouve à l’avant est on ne peut plus américain. Toutefois, même si GM s’acharne à nous dire que la voiture est le produit d’une équipe internationale, les origines de la Sonic viennent directement de la filiale coréenne,  GM Korea.

Nous étions donc prêts pour un face-à-face à trois véhicules, mais malheureusement, la popularité indéniable de la nouvelle Rio a fait en sorte que Kia n’a pas pu nous dénicher un exemplaire 5 portes équipé de la boîte automatique, comme les deux autres protagonistes. Remarquez, ce n’est pas si grave, car la mécanique boulonnée dans la petite Kia est la même que dans la Hyundai. Voilà qui explique l’absence de la Rio.

En ce qui a trait à l’apparence des deux petites, nous n’avons pas réussi à nous entendre sur celle qui méritait les meilleurs éloges. La nouvelle Sonic est à des années-lumière de sa devancière, même si son style s’en inspire drôlement. L’originalité des blocs optiques a plu à tous nos essayeurs, même si ces derniers vont s’avérer plus compliqués à nettoyer à la longue. De plus, la ligne de cette version à hayon est pas mal plus agressive que celle de l’Accent,  et ce, à plusieurs égards. Quant au fait que la Sonic était chaussée de jantes de 17 pouces, il est clair que ce détail visuel a penché dans la balance.

Toutefois, l’Accent n’a pas à rougir devant l’arrogance de la Sonic. Ses lignes sont à l’image de la philosophie de design « fluidique » de Hyundai. Par rapport à l’ancienne édition, cette nouvelle Accent est également un immense pas en avant. Disons qu’en la regardant, on n’a pas l’impression d’être à côté d’une petite voiture économique. Le seul petit détail qui m’agace sur le plan personnel, c’est le dessin des feux arrière montants.

Il est vraiment dommage que la Kia Rio5 n’ait pas pu être de la partie. Nul doute qu’elle aurait séduit avec son design plus européen. Mais bon, on n’y peut rien!

Évidemment, dans l’univers des sous-compactes, nous plongeons dans le monde du plastique bon marché. Du moins, c’est ce que nous croyions. Ce commentaire fâcheux s’applique certainement à la récente Nissan Versa berline, mais pour nos deux véhicules du jour, la qualité des matériaux est vraiment supérieure, avec un léger avantage du côté de la Hyundai toutefois.

Il faut quand même mentionner que la planche de bord de la Chevrolet est très originale avec cette jauge électronique qui rappelle l’affichage de certaines motocyclettes modernes. De plus, le traitement deux tons a été jugé plus vivant que celui de l’Accent. L’ergonomie de la Sonic n’est pas mauvaise, mais encore une fois, c’est la Hyundai qui a mérité le plus de points à ce niveau. À cause de sa présentation olé olé, de son volant un brin plus agressif et de la position de conduite, nous avons déterminé que la Chevrolet était la plus agréable à « piloter » dans la jungle urbaine.

Comme c’est de plus en plus la tendance de nos jours, la vision latérale et arrière n’est pas idéale, et ce, dans les deux véhicules. C’est un désavantage du design. Finalement, l’élément confort est également supérieur dans la Hyundai, simplement à cause de la dureté des sièges de la Chevrolet. Mentionnons tout de même que le volume du coffre de la Chevrolet est plus généreux, une fois que le panneau pour dissimuler les objets est enlevé.

Jusqu’ici, la Chevrolet Sonic talonne la Hyundai Accent de près, mais les prochaines lignes vont assurément changer la donne. Si l’Accent a droit à un moderne 4-cylindres à injection directe de 1,6-litre, celui de la Sonic est pas mal plus ancien en matière de conception. Vous vous souvenez de la Saturn Astra? La dernière compacte à avoir porté l’écusson Saturn en Amérique était justement livrée avec cette même motorisation. Ce moteur se débrouille plutôt bien dans la Sonic, mais disons qu’il est plus bruyant que celui de l’Accent et les changements de rapports de la boîte automatique à 6 rapports s’avèrent légèrement plus saccadés.

N’allez surtout pas croire que la motorisation de l’Accent est aussi douce qu’un V6, mais la différence est notable. Et tant qu’à ajouter de l’huile sur le feu, il est plus agréable de changer les rapports manuellement dans l’Accent que dans la Sonic avec ce bouton installé sur le levier de vitesse. Remarquez, les deux boîtes font du bon boulot; il est donc quasi inutile de jouer avec les vitesses.

La vocation majoritairement urbaine de ces deux véhicules nous a inspiré un parcours des plus ennuyants. Disons seulement que nous nous sommes plongés en pleine heure de congestion sur l’île de Montréal, question de voir comment les deux voitures réagiraient à la pompe un peu plus tard. Je serai franc, notre situation de trafic urbain n’a pas été aussi embouteillée qu’espéré. Il y a bien eu quelques arrêts ici et là et la vitesse constatée n’était évidemment pas très élevée, mais nous aurions préféré un embouteillage monstre, une situation que plusieurs milliers d’automobilistes québécois vivent chaque jour. Nous avons également roulé pendant plusieurs kilomètres sur une autoroute dégagée, en plus de tourner en rond au centre-ville de Montréal, là où les véhicules consomment habituellement le plus. Au final, la Hyundai a consommé en moyenne 6,7 L/100 km, tandis que la Chevrolet a enregistré une moyenne de 7,4 L/100 km.

Voilà, les résultats se trouvent plus bas dans notre tableau comparatif. C’est l’Accent qui remporte cette manche et il y a fort à parier que la Rio aurait assurément dépassé la représentante de GM à ce duel. La raison est fort simple : la Sonic n’a pas été déclassée au niveau technique, quoique le moteur optionnel serait plus approprié, mais plutôt à cause du prix exorbitant de celle-ci par rapport à l’Accent. Quand il y a près de 3500$ d’écart entre deux voitures avec équipement équivalent, c’est que l’une d’entre elles doit offrir un peu plus, mais ce n’est pas le cas.