Depuis plus de trente ans, la Volkswagen Jetta (sans oublier la Golf) constitue la seule offre abordable pour ceux ou celles qui veulent carburer au diesel. Évidemment, différents joueurs se sont essayés au fil des années, mais aucun constructeur n’est demeuré aussi longtemps dans ce segment particulier. D’ailleurs, de nos jours, le moteur 4-cylindres TDI est répandu à l’ensemble de la gamme des voitures de la marque.

Malheureusement pour Volkswagen, le monopole de la voiture abordable diesel est désormais révolu puisque Chevrolet – oui, Chevrolet! – vient de lancer la nouvelle Cruze Diesel 2014. Évidemment, l’association entre un moteur diesel et un produit GM peut sembler erratique. La dernière fois que le constructeur a écoulé des véhicules équipés de moteurs diesel, l’aventure s’est mal terminée à cause d’une fiabilité aléatoire des moteurs, notamment. Heureusement, cette fois-ci semble être la bonne, surtout que l’offre diesel est en train de se multiplier en Amérique par les temps qui courent.

Un match comparatif était donc inévitable entre ces deux nouvelles rivales directes.

Contrairement à la tendance hybride qui consiste à habiller différemment le modèle « plus vert », ces deux versions diesel demeurent aussi discrètes que leurs versions à essence. Il y a bien entendu des écussons à l’arrière – 2.0 TD dans le cas de la Chevrolet et TDI dans le cas de la Volkswagen – qui contribuent à cette différenciation, tandis que la Cruze est équipée de jantes de 17 pouces exclusives à ce modèle, mais pour le reste, c’est du pareil au même. D’ailleurs, à ce niveau, il faut mentionner que la Chevrolet a de la gueule lorsqu’elle est équipée de ces roues.

De son côté, la Jetta revêt des jantes de 17 pouces à multiples branches qui ajoutent une touche européenne à l’ensemble. Côté apparence, il n’y a pas beaucoup à ajouter. La Jetta est peut-être un peu trop classique, mais la Cruze n’est certainement pas la plus jolie du segment au moment d’écrire ces lignes.

Verdict : à vous de choisir. L’apparence d’une voiture, c’est personnel! Si vous recherchez une voiture plus classique et diesel, la Jetta est pour vous, sinon la Cruze n’est pas vilaine non plus!

Si le prix exigé pour ces versions diesel frise les 30 000$ (!), l’habitacle, de son côté, demeure celui d’une voiture compacte abordable. Il faut donc composer avec des planches de bord en plastique dur et un assemblage moins bien ficelé que dans une voiture de luxe. À ce niveau, la Jetta joue la carte du classicisme avec cet arrangement des commandes au centre et ce tableau de bord épuré. Tout est bien disposé, ce qui facilite l’utilisation. De son côté, la Cruze est plus originale avec un design plus moderne et des matériaux de couleurs contrastantes. Toutefois, les commandes du système de divertissement pourraient être plus simples. Autre point à noter : le revêtement en tissu sur les flancs du tableau de bord risque de se salir au fil des années. Vous en êtes prévenus!

Nos deux berlines diesel étaient également équipées de la sellerie en cuir. À ce niveau, la Chevrolet a l’avantage, ses deux sièges à l’avant étant plus enveloppants et plus moelleux pour les longues balades. Remarquez, la Jetta n’est pas une mauvaise routière non plus. Toutefois, l’assise à l’arrière est l’affaire de la Volkswagen, la Cruze souffrant d’un manque d’espace pour les jambes des passagers.

Côté position de conduite, les deux voitures permettent un ajustement adéquat à cause des sièges partiellement électriques et de la colonne de direction télescopique. Pour les puristes, sachez que le volant de la Jetta est assurément plus agréable à prendre en main. Finalement, le volume du coffre est légèrement à l’avantage de l’allemande, la Cruze n’étant pas limitée à ce niveau.

Verdict : Deux berlines compactes avec des habitacles relativement bien ficelés lorsque le prix avoisine les 20 000$. Pour 30 000$, c’est un peu décevant, mais l’équipement se fait généreux. La Jetta en donne plus pour les occupants de la deuxième rangée, tandis que les sièges avant de la Cruze sont plus accueillants.

Si Volkswagen n’a presque jamais cessé de distribuer son moteur TDI en Amérique, c’est que la formule doit fonctionner, n’est-ce pas? Le plus récent moteur TDI de 2,0-litres à injection directe utilise la rampe commune comme technologie et il faut admettre que malgré le fait qu’il ait été introduit sur notre marché en 2009, ce moteur est encore dans le coup aujourd’hui. En fait, au courant de 2014, un nouveau moteur plus puissant, plus propre et moins énergivore sera implanté dans les modèles nord-américains 2015, mais pour l’instant, le 2,0-litres actuel demeure au poste.

Face à cette mécanique éprouvée, celle de la Chevrolet adopte une cylindrée identique de 2,0-litres et elle fait également appel à la technologie de rampe commune. En matière de chiffres de puissance et de couple, le moteur de la Cruze développe 151 chevaux, soit 11 de plus que dans la Jetta, tandis que le couple optimal est de 264 lb-pi, un avantage de 28 lb-pi par rapport à la berline allemande. Les deux voitures étaient équipées de boîtes automatiques à six rapports, quoique celle de la Jetta soit à double embrayage et que cette berline peut également être commandée avec une bonne vieille manuelle à 6 rapports, ce qui n’est pas le cas de la Chevrolet.

Verdict : Avantage Chevrolet à ce niveau, même si la boîte de transmission à double embrayage de la Volkswagen est plus efficace (et plus sportive).

Le but ultime de ce match comparatif était de voir laquelle des deux serait la championne de l’économie, et ce, sur une grande distance, les voitures diesel étant reconnues pour leur autonomie imperturbable. Nous avons donc emprunté plusieurs chemins des Cantons de l’Est, roulant tantôt dans les villages à 50 km/h, tantôt à 90 km/h sur les portions plus permissives, tandis que l’autoroute permettait de dépasser légèrement les 100 km/h. Bref, il n’était pas question de rouler vert, simplement de conduire comme un automobiliste normal. Après 120 km effectués, l’aiguille affichait toujours plein, imaginez! Au final, c’est la Chevrolet qui a enregistré la meilleure consommation d’essence avec 5,4 L/100 km de moyenne, tandis que la Jetta a plutôt terminé avec une moyenne de 5,7 L/100 km.

La Chevrolet Cruze Diesel est donc plus puissante, plus généreuse en couple et s’avère plus économe à la pompe. C’est donc une meilleure voiture, si on se fie uniquement aux chiffres. Il n’y a pas de doute que Chevrolet propose un produit tout à fait concurrentiel, mais un élément agace passablement à basse vitesse. La transmission automatique rétrograde souvent à des moments où elle aurait intérêt à garder le rapport. Lors des arrêts, la transmission pourrait faire une meilleure transition en gardant le deuxième rapport, mais une pression minimale du pied droit sur l’accélérateur fait que le premier rapport est sollicité, ce qui est très désagréable pour les occupants. De plus, à basse vitesse, il semble que la transmission cherche constamment à trouver le bon rapport, ce qui provoque des « à-coups » fréquents. À corriger!

De son côté, la boîte DSG de la Volkswagen n’est pas parfaite. À chaque départ arrêté, il y a un petit délai qui devient lui aussi agaçant à la longue. On finit par s’y habituer, mais bon, la véritable solution est d’opter pour la boîte manuelle. Heureusement, à basse vitesse, l’unité de Volkswagen est beaucoup plus facile à vivre que celle de la Chevrolet.

Les deux voitures sont très silencieuses à vitesse d’autoroute, un peu moins en ville, mais le son particulier des moteurs diesel n’est vraiment pas désagréable du tout à entendre. En fait, on a réellement l’impression de conduire en Europe avec ces deux berlines. Les deux protagonistes se sont avérés très agiles sur les routes plus sinueuses de notre tracé. Il faut dire que les deux bénéficient de châssis récents et rigides.

Verdict : La Cruze est définitivement la plus frugale, mais au quotidien – surtout en ville – la Jetta TDI est un meilleur choix.

La Jetta TDI a dorénavant une adversaire de taille. La Cruze Diesel 2014 est une voiture à considérer si vous parcourez beaucoup de kilomètres chaque année, même si la Jetta TDI n’a pas perdu de sa superbe. Sa boîte de transmission est plus facile à vivre que celle de la Chevrolet, tandis que l’espace à bord est supérieur dans la voiture allemande. Cette dernière offre également l’option de la boîte manuelle, un élément que n’a pas la Cruze Diesel.

Il ne faut surtout pas oublier un élément qui entre en ligne de compte : le prix. Ces deux voitures commandent des sommes importantes pour le segment. Les consommateurs qui lorgnent du côté des voitures diesel doivent donc calculer si l’économie de carburant (et surtout l’autonomie) en valent vraiment la peine. Ces deux voitures deviennent très intéressantes sur de longues distances. Pour rouler en ville, il faut regardez ailleurs!