Le géant américain ne s’en cache pas : son duo de multisegments compacts n’est plus tellement dans le coup, et ce, en dépit de ventes très étonnantes pour des véhicules qui sont apparus sur nos routes en 2009 en tant que modèle 2010. Si le Chevrolet Equinox a jusqu’ici connu plus de succès que son équivalent de GMC – il se vend grosso modo deux Equinox pour un Terrain –, il n’en demeure pas moins que le modèle GMC mérite aussi sa place au soleil et le Salon de Detroit est le premier endroit pour le découvrir.

Bien entendu, le Terrain 2018 partage plusieurs organes mécaniques avec l’Equinox, à commencer par la plateforme. Un peu à l’image du GMC Acadia présenté à ce même salon de Detroit il y a un an de cela, le nouveau Terrain se fait plus petit et plus léger à la fois, de manière à mieux cibler les ténors de la catégorie. La silhouette est, il faut l’avouer, fort différente de celle du récent Equinox. À vous de juger sur ce point. Ce qui est certain, c’est que le représentant de GMC n’intéressera pas le même public!
GMC entend viser juste en procédant à l’abandon de la motorisation V6 au profit de non pas deux, mais trois moulins 4-cylindres turbocompressés. Sans surprise, les groupes motopropulseurs qui vont prendre place à bord du Terrain sont identiques à celles qui seront boulonnées au Chevrolet Equinox.

Le moteur de base, un 4-cylindres turbo de 1,5-litre de cylindrée, développe une puissance de 170 chevaux et 203 lb-pi de couple. Pour plus de « punch » sous le pied droit, le 4-cylindres turbo de 2,0-litres remplace l’ancien V6 et livre 252 chevaux-vapeur et un couple tout aussi impressionnant de 260 lb-pi. Finalement, l’autre choix turbocompressé a une cylindrée de 1,6-litre et carbure au diesel, le GMC Terrain étant également rendu disponible avec ce nouveau moteur qui livre 136 chevaux en puissance et 236 lb-pi en couple optimal.

Les deux moteurs à essence sont accouplés à une boîte de transmission automatique à 9 rapports, tandis que le moteur turbodiesel doit se contenter d’une unité à six rapports. Comme par le passé, des versions à roues avant motrices et à quatre roues motrices seront commercialisées chez nous.

Outre la robe et le compartiment moteur, l’habitacle du Terrain a lui aussi été révisé de fond en comble, un peu à l’image du GMC Acadia d’ailleurs. La planche de bord est donc entièrement nouvelle, même que les ingénieurs de GMC ont décidé de ne pas reprendre le levier de vitesse comme dans le Chevrolet Equinox, mais plutôt de proposer des boutons pour les commandes (P, R, N, D et L) non loin de la console centrale, de manière à libérer de l’espace utilitaire à cet endroit. Il est vrai que cette solution améliore l’aspect utilitaire, mais parfois, ce genre de solution confond les conducteurs.

Finalement, les consommateurs intéressés par cette catégorie de véhicules seront contents d’apprendre que le Terrain possède un siège avant côté passager pouvant se replier complètement vers l’avant, ce qui autorise le transport d’objets plus longs à bord. Le GMC Terrain 2018 fera son apparition à l’été 2017.

Le design du Terrain n’a jamais fait l’unanimité et il semble que ce nouveau venu va poursuivre sur cette lancée. Est-ce que ce détail va influencer le public? Il est permis de poser la question. Quant au reste de la fiche technique, ce changement de la garde ne fera pas de tort au VUS compact de GMC.