Détroit, Michigan — La voiture-concept Nissan Vmotion 2.0 a été sans contredit LA surprise du Salon de l’auto de Détroit 2017. Les nombreuses avant-premières organisées indépendamment par les constructeurs avant l’avant-première des médias officielle du salon, lundi, donnaient l’impression qu’il n’y aurait plus rien de neuf à découvrir à l’intérieur de Cobo Hall. Mias, c’était avant que la conférence de presse de Nissan n’ait lieu. Car sur la scène qui avait été aménagée au kiosque de la marque, la forme élancée qu’une bâche ne masquait qu’en partie annonçait une automobile surprise.

Une surprise, en effet, car la silhouette sculpturale de la Vmotion 2.0, aussi audacieuse qu’excentrique, annonce vraisemblablement la future Altima. Voilà, du moins, ce que laissent croire certains sous-entendus exprimés par des porte-paroles du constructeur à Détroit, sans compter le fait que ses dimensions s’apparentent à celle de la populaire berline compacte de Nissan.

Une surprise, aussi, parce que cette primeur est d’une espèce que tous les oracles de l’industrie disent en voie de disparition : l’automobile (par opposition aux utilitaires et autres multisegments). Cette vision pessimiste du futur, Shiro Nakamura, grand patron du Design chez Nissan, l’a clairement démenti dans son allocution en présentant ce concept durant sa conférence de presse de lundi.

Cette berline annonce même une évolution attendue du concept de design adopté par les produits Nissan en 2013. Un concept identifié par l’appellation « V-motion », d’où le nom Vmotion 2.0 de ce prototype.

À l’époque, « V-motion » (manipulation sonore du mot anglais Emotion) décrivait l’esthétique nouvelle des carrosseries de produits Nissan. Une esthétique caractérisée par une imposante calandre ornée d’une moulure chromée en U (que les designers de Nissan qualifient de V, au bénéfice du marketing) et des blocs optiques avant en boomerang se mariant au moulage du capot. À cela s’ajoute un toit « flottant » supporté, à l’arrière, par des piliers D en coin prononcé, sans oublier les feux arrière qui reprennent l’allure de boomerang.

Pour justifier le « 2.0 » du vocable du prototype, le U de la calandre (ou V, si vous préférez) devient plus proéminent et plus plongeant encore.

De plus, le diffuseur fixé au bas du pare-chocs arrière s’illumine lorsque la voiture passe en mode de conduite semi-autonome; une technologie que Nissan entend bientôt commercialiser sous l’appellation ProPilot.

Cette voiture adopte d’autres solutions de design inusitées, comme les portes arrière qui ouvrent à contresens (vers l’arrière plutôt que l’avant) pour faciliter l’accès à l’habitacle et le rendre plus spacieux.

L’intérieur se distingue par ses quatre sièges baquets moulants d’allure moderne et un aménagement dégagé et cossu orné de zebrano, sur le plancher et la face intérieure des portières. D’allure moderne, le tableau de bord est très dégagé. Le volant à boudin rectangulaire dégage d’ailleurs beaucoup la vue sur l’écran pleine largeur qui a des zones distinctes servant à informer le conducteur et à divertir le passager avant.

En faisant fi de l’aspect mécanique de cette voiture futuriste, M. Nakamura a confirmé que la Vmotion 2.0 n’est qu’un exercice de style mettant en valeur les particularités de son design comme, par exemple, la couleur de sa carrosserie qui mêle le cuivré, l’argenté et d’autres reflets métalliques. « Cette technique donne l’impression d’une teinte multi­couches d’une très grande profondeur et de nuances changeantes en fonction de l’éclairage et de l’angle avec lequel le concept est regardé. Dans notre quête permanente de la teinte parfaite, il nous a fallu plus de 100 tests avant de décrocher la nuance idéale », explique Nicole Fonseca, une directrice de Nissan Design America.

L’élégance de la Vmotion 2.0 lui a d’ailleurs valu deux reconnaissances importantes à Détroit. Le lendemain de son dévoilement, ses concepteurs ont reçu deux des sept trophées EyesOn Design décernés par un jury constitué de designers du monde entier : celui du plus beau véhicule-concept du salon et celui qui souligne le choix et le traitement de coloris le plus réussi parmi les primeurs du salon.

L’appellation V-motion n’est pas étrangère à Detroit. C’est là qu’on l’avait entendu pour la première, en janvier 2013, lorsque Nissan avait présenté le Resonance, un utilitaire quelque peu futuriste.

Dès lors, presque chaque dévoilement de concepts Nissan mettait en valeur le style V-motion. Ce fut le cas aussi en janvier 2014 lorsqu’une autre automobile futuriste a fait ses débuts à Détroit : la Sport Sedan Concept, le prototype qui préfigurait la Maxima actuelle.

En dévoilant la Vmotion 2.0 au même endroit trois ans plus tard, le constructeur démontre qu’il a de la suite dans les idées. Mais lorsqu’on sait que la Maxima actuelle est restée relativement fidèle au design de la Sport Sedan Concept de 2014, l’avenir semble prometteur pour la prochaine génération d’Altima.