On les appelle GenX (pour Génération X) et Enfants du millénaire ou GenY (pour Génération Y). Les premiers sont nés entre le milieu des années 60 et le milieu des années 70, alors que les seconds ont vu le jour entre le milieu des années 70 et le milieu des années 90. Ce sont les consommateurs que tous les constructeurs d’automobiles de luxe se disputent, et c’est pour eux que Nissan a développé la Q30, la première auto compacte d’Infiniti.

Cette voiture a des formes excentriques et son constructeur ne s’en cache pas. « La singularité de ses lignes et l’asymétrie de son habitacle lui confèrent un design intérieur et extérieur qui ne manquera pas d’attirer les regards », peut-on lire dans un communiqué distribué lors du dévoilement de cette voiture à Francfort, le 15 septembre.

Développée conjointement par Nissan et Daimler, la Q30 est assemblée sur une plateforme MFA (pour Modular Front-wheel drive Architecture), qui sert déjà aux Mercedes-Benz GLA, CLA et Classe A.

Personne ne s’étonnera, alors, en apprenant que des moteurs Mercedes animeront cette nouveauté. Pour le marché nord-américain, un 4-cylindres de 2,0 L sera le moteur de série. Fort de ses 208 ch, il entraînera les roues avant par le biais d’une boîte de vitesses automatique à 7 rapports et double embrayage. La boîte manuelle à 6 rapports offerte avec ce moteur en Europe risque de ne pas apparaître dans les catalogues nord-américains.

Nissan offrira par ailleurs quatre autres moteurs pour les marchés européens : des 4-cylindres à essence de 1,6 L produisant 122 et 156 ch, de même que des 4-cylindres diesel de 1,5 et 2,2 L développant respectivement 109 et 170 ch. Les Q30 munies du moteur de 2,2 L auront aussi une transmission intégrale qui ne sera pas proposée chez nous.

Les dimensions extérieures de la Q30 et le volume utile de son coffre l’assimilent à des voitures comme la Lexus CT 200h, l’Audi A3 Sportback et la Mini Cooper à 5 portes.

Le constructeur offrira deux déclinaisons distinctes de cette compacte à hayon. La Q30 Premium aura des roues en alliage de 18 po, des antibrouillards à DEL, un double échappement chromé et une garde au sol haute (145 mm) devant faciliter l’embarquement. Quant à elle, la Q30 Sport aura un seuil de portière plus proche du sol (130 mm), des roues de 19 po et un double échappement chromé sombre suggérant une sportivité accrue. La forme de son pare-chocs avant sera d’ailleurs différente, alors que la grille de sa calandre sera d’un noir brillant.

Une variété d’habillages intérieurs annoncent la possibilité de personnaliser cette voiture. La version « City Black » (exclusive à l’Europe) visera des noctambules urbains avec une sellerie noire à des coutures contrastées pourpres, alors que l’habillage « Café Teak » combinera une élégante sellerie brune et noire à coutures noires pour donner un style plus traditionnel. Quant à la version « Gallery White », elle misera sur un style à la mode à fort avec un cuir blanc rehaussé de détails rouges.

Le constructeur promet un habitacle bien insonorisé et un châssis rigide franc de bruits et de vibrations parasites qu’engendrent les irrégularités de la route.

La commercialisation de la Q30 débutera à la fin de 2015 en Europe d’abord. L’Amérique du Nord recevra ses premiers exemplaires durant le printemps 2016. Puis, au cours de la seconde moitié de l’année, Nissan lancera le QX30, un utilitaire partageant la même plateforme.

À l’instar du QX30, la Q30 sera assemblée à l’usine Nissan de Sunderland, au Royaume-Uni. Une partie de la production de cette usine sera destinée aux automobilistes canadiens et étatsuniens, mais aussi aux acheteurs chinois. Si la demande le justifie, Nissan pourrait également assembler la Q30 et le QX30 à ses nouvelles installations mexicaines.