Pour les dirigeants de la marque allemande, c’est la présentation des nouvelles variantes Executive de la Panamera qui représentent une autre belle manière de se démarquer dans le marché des berlines grand luxe à empattement allongé.

Mais, dans une autre mesure, le dévoilement de la toute nouvelle Porsche 911 RSR se veut un autre coup de marketing en ce qui a trait à l’expérience de la marque en sport motorisé, l’ancienne variante ayant connu passablement de succès en course d’endurance. Et une 911 qui a du succès en course automobile se traduit souvent par une 911 qui a du succès dans la rue.

La nouvelle 911 RSR, malgré sa silhouette classique, fait appel à un nouveau châssis, une nouvelle carrosserie ainsi qu’un nouveau groupe motopropulseur. Le fait le plus marquant de cette 911 est assurément la position de moteur qui a migré vers l’avant, Porsche ayant été obligé de déplacer son 6-cylindres à plat vers l’avant afin d’intégrer un nouveau diffuseur plus imposant. Ce dernier travaille de concert avec un aileron suspendu inspiré par la 919 Hybrid qui participe également à la course d’endurance. L’objectif est d’optimiser la portance et l’efficacité aérodynamique de la voiture.

Le moteur de la bête de piste, un bloc boxer de 4,0-litres de cylindrée, développe une puissance de 510 chevaux, lui qui fait appel à l’injection directe à une commande de soupape fixe.

La 911 RSR fera ses débuts à l’occasion ds 24 Heures de Daytona au mois de janvier 2017.

La présentation de la 911 RSR est une excellente nouvelle pour les amateurs du modèle. Les puristes trouveront à redire sur la position de la mécanique, mais dans les faits, si cette solution permet à Porsche de poursuivre sa domination du sport motorisé, ces contestataires n’ont qu’à ravaler leurs paroles.