Buick a de l’avenir et c’est avec le plus gros de ses utilitaires, l’Enclave, que les stratèges de la marque l’ont annoncé hier au Salon de l’auto de New York, d’abord en dévoilant la seconde génération de ce modèle, puis en introduisant une nouvelle version haut de gamme baptisée Avenir, appellation qu’on retrouvera bientôt dans toutes les gammes de produits de cette marque.

L’Avenir sera donc à l’Enclave ce que la version Denali du GMC Acadia (et des autres produits de cette marque) est devenue : son nec plus ultra.

C’est avec ce genre de véhicule cossu que les stratèges de Buick souhaitent attirer les acheteurs d’Acura MDX, d’Audi Q7, d’Infiniti QX60 et des autres utilitaires de luxe du genre.

Son apparition répond à la demande croissante observée pour ce genre de véhicule. D’ailleurs, selon le vice-président de Buick mondial et de GMC, Duncan Aldred, 90 % des acheteurs d’Enclave optent pour les deux versions les plus chères de la gamme. Selon lui, « l’Enclave serait donc le véhicule idéal pour lancer une version Avenir. »

Cela paraît d’autant plus logique que, parmi les six véhicules qui composent la gamme Buick en Amérique du Nord, l’Enclave occupe la seconde place au palmarès des ventes derrière le petit utilitaire Encore.

Outre sa calandre différente, l’Enclave Avenir se distinguera des deux autres versions moins coûteuses (appelées Essence et Haut de gamme) par une dotation de série plus riche.

Elle comprendra, entre autres, un système d’éclairage extérieur Evonik Acrylite utilisant plus de 100 DEL pour mieux illuminer la route (une première chez Buick), un rétroviseur intérieur affichant les images captées par la caméra arrière, de même qu’un purificateur d’air à ionisation pour l’habitacle.

À cela s’ajoutent divers dispositifs d’aide à la conduite, des systèmes de connectivité populaires, des roues en aluminium de 20 po au fini nickel nacré et, à l’intérieur, des garnitures d’ébène sur le tableau de bord et la console centrale, de même qu’un volant lui aussi garnis de bois.

L’Enclave 2018 partage le V6 à injection directe de 3,6 L du Chevrolet Traverse 2018. Doté d’un dispositif d’arrêt-démarrage automatique au ralenti, ce moteur est jumelé à une boîte de vitesses Hydra-Matic à 9 rapports.

Fort de ses 302 ch, ce groupe motopropulseur permettrait à l’Enclave d’accélérer de 0 à 100 km/h en 7,5 s, selon le constructeur.

Comme pour l’Enclave 2017, ce nouvel utilitaire sera livré avec des roues motrices avant, à moins que l’acheteur n’opte pour la transmission intégrale qui figure parmi les options des trois versions Essence, Haut de gamme et Avenir. Notons également que la capacité de remorquage de ce véhicule passe de 2 041 à 2 268 kg (4 500 à 5 000 lb).

Bénéficiant d’une carrosserie d’allure plus moderne, l’habitacle à six ou sept places de l’Enclave serait plus spacieux qu’auparavant, affirme le constructeur, bien que les dimensions de sa carrosserie n’aient guère changées. Comparativement au modèle précédant, l’Enclave 2018 est 62 mm plus long, 5 mm plus étroit, 10 mm plus bas et son empattement a allongé de 50 mm. De plus, la version d’entrée de gamme (à deux roues motrices) est 131 kg plus légère

Comme le modèle de la première génération, le Buick Enclave 2018 sera assemblé à l’usine GM de Lansing, au Michigan. Il sera en vente au Canada à partir de l’automne prochain, moment où les prix des différentes versions seront annoncés.

La cure de rajeunissement de ce gros utilitaire arrive à point pour cette marque dont les ventes croissent — tout particulièrement en Chine ! Les formes finement affinées de sa carrosserie et sa dotation remise au goût du jour plairont susciteront sans doute plus d’attrait auprès d’une clientèle qui tend à rajeunir, selon diverses études de marché. Qui aurait pensé cela de cette marque il y a trente ans, époque où elle était l’apanage des retraités âgés et grincheux. Aujourd’hui, ce sont des consommateurs branchés et bien nantis qui veulent conduire des Buick !