Honda tente une nouvelle incursion dans le marché nord-américain des autos « vertes », mais cette fois avec un produit conçu pour recevoir trois sortes de motorisations différentes. Une version à pile à combustible (à hydrogène) de cette berline à quatre portes baptisée Clarity est déjà en vente depuis décembre 2016, mais seulement dans quelques régions de la Californie.

Au Salon de l’auto de New York, cette semaine, le constructeur nippon a donc présenté ses deux autres versions destinées à une diffusion assurément plus importante : une version à moteur électrique alimenté par des batteries et une autre, qui est animée par un groupe motopropulseur hybride rechargeable (essence/électrique). Cette dernière sera d’ailleurs la seule que les Canadiens pourront s’offrir.

Les stratèges de Honda Canada estiment que cette voiture hybride rechargeable, la Clarity PHEV (pour Plug-in Hybrid Electric Vehicle), présente le potentiel commercial le plus important. C’est clairement le cas. Néanmoins, le constructeur continuera d’évaluer les tendances du marché afin d’adapter sa gamme de produits selon les attentes des consommateurs, nous a assuré Alen Sadeh, le porte-parole de la filiale canadienne de Honda. Voilà une manière diplomatique de suggérer que la Clarity électrique pourrait éventuellement aboutir sur notre marché.

D’ici là, c’est la Clarity PHEV qui sera la première offerte chez nous, et ce d’ici la fin de l’année. Elle aura un groupe motopropulseur constitué d’un moteur électrique de 133 kW (181 ch) alimenté par une batterie de 17 kWh jumelé à un moteur à essence, un 4-cylindres de 1,5 L à cycle Atkinson. En outre, la batterie pourra être rechargée en 2,5 heures à l’aide d’une borne de 240 V.

Cette motorisation offrira au conducteur le choix de quatre modes de gestion : Normal, Econ, Sport et HV. Ce dernier lui permettra de préserver la charge de la batterie pour en faire usage dans des environnements plus appropriés (par exemple, dans un centre-ville congestionné plutôt que sur une autoroute, en roulant à haute vitesse).

En mode électrique, cette Honda pourra parcourir jusqu’à 68 km, affirme son constructeur. Pour de plus longs trajets, le moteur thermique prendra le relais, soit en servant de génératrice pour alimenter la batterie, soit en devenant la source directe de la puissance motrice. Dans un cas comme dans l’autre, l’autonomie globale de cette voiture pourrait dépasser 530 km.

Honda offrira deux niveaux de dotation pour la Clarity PHEV : de base et Touring. Leurs prix seront annoncés peu de temps avant le début de sa commercialisation.

Les autres types de motorisation ne seront donc offerts qu’aux consommateurs étatsuniens. La Clarity électrique, d’abord, sera animée par un moteur de 120 kW produisant 221 lb-pi de couple et alimenté par une batterie de 25,5 kWh. Cette Clarity aura une autonomie optimale de 129 km. De plus, sa batterie pourra être rechargée en un peu plus de trois heures à l’aide d’une borne de 240 V.

Quant à la Clarity à pile à combustible, son autonomie frôle les 590 km. Depuis décembre dernier, une centaine de ces voitures tout au plus ont été livrées en Californie. De plus, dans un communiqué publié le 12 avril, M. Sadeh confirme que « la viabilité d’offrir cette autre version de la Clarity au Canada est actuellement en cours d’évaluation. »

Plutôt que de s’attaquer à Nissan et sa Leaf avec la Clarity électrique, c’est plutôt la Chevrolet Volt que les stratèges de Honda Canada ont choisi de cibler en offrant la Clarity PHEV.

Ce choix semble parfaitement logique compte tenu du potentiel commercial plus important qu’il représente. En 2016, General Motors a vendu 3 469 Volt au Canada, alors que Nissan n’a vendu que 1 375 Leaf. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes.

Qui plus est, les 530 km promis par Honda pour sa berline hybride paraissent tout à coup nettement plus attrayants que les 380 km que GM fait miroiter pour sa Volt. Reste à voir toutefois à quel prix cette Honda miracle à l’allure plutôt curieuse pourra être obtenue.