Paris, France — La Kia Rio à hayon 2018 a été dévoilée en grandes pompes au Mondial de l’automobile à Paris, hier, devant une foule de journalistes venus des quatre coins de la planète découvrir cette quatrième mouture du modèle le plus vendu de cette marque sud-coréenne (Kia en a vendu un peu moins d’un demi-million dans le monde, en 2015).

Les formes de cette nouvelle venue n’ont cependant surpris personne puisque le 1er septembre dernier, Kia avait diffusé une série de photos révélant les formes de sa nouvelle carrosserie et l’allure de son tableau de bord.

La présentation de Paris a plutôt servi à décrire la dotation qu’aura cette voiture sur le marché européen, et celui-là seulement, car aucune information sur les versions destinées au marché nord-américain n’a filtré de cet événement.

Tout au plus avons-nous pu confirmer avec les porte-parole de l’entreprise le millésime de cette nouveauté au Canada : 2018.

De plus, Kia nous réserve une autre surprise, puisque seule la Rio 5-portes a été montrée à Paris. La primeur de la nouvelle berline à trois volumes a été réservée à un grand salon qui, celui-là, sera étatsunien, nous a-t-on dit. Une source proche du constructeur nous a même affirmé qu’elle serait une vedette du Salon de Los Angeles, en novembre, chose que les porte-paroles de Kia se sont toutefois gardés de confirmer.

C’est donc lorsqu’on verra cette nouvelle berline Rio 2018 qu’on connaîtra les détails relatifs à la mécanique et à la dotation des modèles proposés sur notre continent.

Pour le marché européen, où Kia espère accroître le volume de ventes de la Rio (qui serait actuellement le troisième modèle en importance de la marque), six moteurs seront offerts, dont quatre sont suralimentés. Il s’agit de deux 3-cylindres à turbocompresseur de 1,0 L produisant 100 et 120 ch, deux 4-cylindre atmosphériques de 1,2 et 1,4 L livrant respectivement 87 et 100 ch, et, enfin, deux 4-cylindres turbodiesel de 1,4 L produisant 70 et 90 ch. Aucun de ces moteurs ne serait destiné au marché nord-américain, du moins selon les porte-parole de la marque qui étaient présents au Mondial.

Rappelons que la Rio 2017 est animée par un 4-cylindres atmosphérique de 1,6 L, qui produit 137 ch et 123 lb-pi de couple. Ce moteur est jumelé à une boîte de vitesses à 6 rapports, soit une manuelle (de série) ou une automatique (optionnelle).

D’un point de vue esthétique, cette nouvelle Rio à hayon adopte un profil aux lignes épurées, mieux définies, qui s’étirent sur toute la longueur des épaulements. À cela contribuent un capot et un porte-à-faux avant allongés, un montant de pavillon arrière plus étroit et plus vertical, de même qu’un porte-à-faux arrière raccourci. À l’arrière, enfin, on retrouve des blocs optiques plus minces et plus sculpturaux dotés de DEL, qui affichent une nouvelle signature lumineuse inédite évoquant une flèche.

En Europe, la dotation de la Rio s’enrichit d’une chaîne audio à écran tactile « flottant » offrant plus de fonctions de connectivité et compatible avec les téléphones Android et Apple, systèmes qu’on aura également au Canada. Par ailleurs, le constructeur offrira également un dispositif de freinage d’urgence autonome avec détection des piétons qui, lui, ne sera peut-être pas offert ici.

D’après les chiffres annoncés à Paris, les dimensions de la nouvelle Rio changent peu par rapport à sa devancière. La version à hayon a un empattement plus long de 10 mm et sa carrosserie est 15 mm plus longue et 5 mm plus basse.

L’habitacle procure quelques millimètres de dégagement additionnel au niveau de la tête et des épaules devant comme derrière, mais quelques millimètres de moins au niveau des jambes.

Le coffre voit son volume utile croître de 8 % lorsque les dossiers asymétriques de la banquette arrière sont en place, du moins si l’on se fie aux chiffres annoncés à Paris. Le constructeur n’a toutefois pas précisé le volume utile maximal de ce coffre transformable.

Comme le modèle qu’elle remplace, la Rio 2018 aura des jambes de force MacPherson avec ressorts hélicoïdaux à l’avant et une barre de torsion avec ressort hélicoïdaux à l’arrière.

Les Rio destinées le marché européen seront produites à l’usine Kia de Sohari, en Corée du Sud. Elles seront en vente au courant du premier trimestre de 2017. Pour le marché nord-américain, Kia aura recours à sa nouvelle usine de Pesquería au Mexique, qui est entrée en production plus tôt ce mois-ci en assemblant des voitures compactes Forte. Les premières Rio arriveront au Canada vraisemblablement au début du second trimestre.

La nouvelle Kia Rio adopte des traits élégants qui présentent l’avantage d’être moins excentriques que ceux du modèle actuel. Cela la vieillir plus lentement. En outre, l’effet de nouveauté contribuera sûrement à la relance de ce modèle, dont les ventes au Canada diminuent depuis 2014, entre autres en raison de la multiplication des rivales dans le créneau des sous-compactes.

Photos originales : Luc Gagné