• À propos de nous
  • Aide

Évaluations

Soumettez une évaluation

Évaluation basée sur la version: 2017 Acura NSX Coupé 2 portes

8.5

Acura NSX 2017 : renaissance d'une légende

Par Antoine Joubert

8 Déc 2016

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la NSX s’est laissée désirer. En fait, la multiplication des différents concepts NSX présentés sur une période de plus de trois ans a même réussi à faire déchanter les amateurs, pour qui l’effet de surprise et de nouveauté a été complètement gâché. Et je vous avoue que j’avais moi-même un sentiment négatif face à l’arrivée trop tardive de cette voiture que n’allait être offerte qu’au compte-goutte de notre côté de la frontière.

Avantages et inconvénients

  • + Performances de haut niveau
  • + Vitrine technologique
  • + tenue de route
  • - Effet de nouveauté inexistant
  • - Habitacle trop chargé
  • - Prix élevé
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Avant toute chose, je dois vous admettre vouer un amour inconditionnel à la première génération de l’Acura NSX, qui constitue à mon sens la première véritable voiture exotique nipponne. Et pour avoir pris le volant de cette voiture à quelques reprises, je peux vous dire qu’il s’agit encore aujourd’hui d’une fantastique automobile.

    Maintenant, faire renaître une telle légende n’est pas tâche facile, surtout lorsqu’on sait que l’image générale de la marque Acura bât actuellement de l’aile. Les designers n’ont pas le coup de crayon très heureux et le manque d’audace des planificateurs de produits se reflète sur les ventes comme sur l’engouement du public.

    Débarquée au mois de juillet chez les concessionnaires qui attendaient leur première unité depuis belle lurette, la NSX réussit malgré l’attente à faire tourner les têtes. Certes, quelques éléments de design comme la lourdeur de la calandre déçoivent un brin, mais il s’agit tout de même d’une voiture sensationnelle au niveau des lignes. Inspirée de l’Audi R8? Vous pouvez en être certain. D’ailleurs, le parallèle se fait de façon naturelle, pour tous ceux qui la croisent du regard pour la première fois. Est-ce que les designers d’Acura manquent d’inspiration? Poser la question, c’est y répondre. Néanmoins, la nouvelle NSX a de la gueule.

    9.0Excellent
  • Intérieur

    L’habitacle de la NSX est sans aucun doute l’élément qui déçoit le plus. Trop chargé, trop lourd. On mélange ici une surenchère de teintes, de cuirs avec surpiqûres, d’aluminium et d’accents métalliques, de suède, de fibre de carbone. De quoi rendre vos yeux complètement hystériques. J’ajouterais également qu’un volant de forme circulaire, c’est si agréable…

    Heureusement, plusieurs éléments technologiques permettent de dynamiser l’expérience à bord, à commencer par les modes de conduite qui s’illustrent de différentes façons au tableau de bord. L’écran central et les commandes sont faciles à manipuler, l’instrumentation est bien orientée et le rendement mécanique mis en évidence au niveau graphique permet de mieux sentir la voiture sur le plan technique. Autre point décevant? Le siège, certes bien moulant, mais dont l’assise est fixe et non réglable en hauteur.

    7.0Bien
  • Technologie

    Par où commencer? Disons d’abord que la motorisation est composée d’un V6 biturbo de 3,5 litres et de trois moteurs électriques, le premier étant logé entre le V6 et la boîte à double embrayage à neuf rapports. Quant aux deux autres, ils se chargent chacun de la traction sur une des roues avant. Un véritable tour de force qui permet non seulement à la NSX d’offrir une puissance extraordinaire (573 chevaux), mais également de proposer différents modes de conduite où le tempérament de la voiture change drastiquement.

    Comme toute vitrine technologiquement, la NSX fait appel à des matériaux légers pour sa confection. Un mélange de fibre de carbone, d’aluminium et d’acier à très haute résistance compose les divers éléments de châssis et de carrosserie, permettant d’obtenir un poids de 1 725 kilos. Certes, il ne s’agit pas d’un poids plume, mais quelle voiture dotée de quatre moteurs serait plus légère…hormis peut-être la Porsche 918 Spyder?

    9.5Excellent
  • Conduite

    La NSX est une hybride. Pardons, une sport hybride! Mais comme son nom l’indique, la technologie est au service de la performance, non pas de l’environnement. D’ailleurs, vous maintiendrez une moyenne oscillant autour des 12 litres aux 100 kilomètres, en conduisant de façon normale (si cela est possible !). Néanmoins, on peut tout de même effectuer un départ en mode 100% électrique (Quiet Mode), ce qui est presque surréaliste. Or, ce silence ne durera que quelques centaines de mètres, le temps que le moteur thermique entre en fonction. Et à ce moment, vous aurez tout simplement envie de passer au mode Sport, celui que l’on qualifie de convivial, de normal.

    C’est toutefois à l’activation du mode Sport + (et qui plus est, du mode Track), que l’adrénaline entre en jeu. Non seulement la voiture communique alors son désir de jaillir de tous ses feux, mais c’est aussi le moment où Acura nous rappelle ses véritables qualités de motoristes. En fait, la puissance livrée via les diverses mécaniques laisse place des embardées et des poussées extrêmement exotiques, permettant d’ailleurs à la voiture de franchir le 0-100 km/h en trois secondes à peine. Et bien sûr, chaque mode engendre une calibration distincte de la direction, de la suspension et de la réaction à l’accélération. Croyez-moi, le mode Track est fortement déconseillé en utilisation quotidienne…

    La grande beauté de la NSX réside toutefois dans sa maniabilité. Grâce à la technologie de répartition de couple sur chacune des roues, la traction est toujours optimale. Il est d’ailleurs quasi impossible de faire décrocher la bête, sauf peut-être en mode Track alors que tous les systèmes d’assistance sont désactivés. Il en résulte une voiture non seulement hyperformante, mais également un bolide extrêmement facile à conduire. En contrepartie, il est certain que les sensations de conduite ne sont pas équivalentes à celles d’une Audi R8, capable de décrocher plus facilement. Est-ce moins intéressant? Pour un conducteur aguerri, bien sûr. Mais soyez sans crainte, le plaisir demeure palpable.

    9.0Excellent
  • Valeur

    À son arrivée en 1990, la NSX coûtait la coquette somme de 89 000$. Lorsqu’elle a quitté le marché en 2005, son prix était de 145 000$. Et aujourd’hui, qu’importe le millésime recherché, vous débourserez minimalement 50% du prix initial pour son acquisition. Le prix pouvait donc sembler exorbitant à la base, mais sa valeur de revente demeure très élevée. En sera-t-il de même avec la nouvelle NSX, qui commande un prix variant de 184 900$ à 252 800$? Espérons-le. Cependant, Acura souhaite jouer la carte de la rareté avec ce modèle, ce qui pourrait avoir un impact positif sur sa valeur future. Qu’à cela ne tienne, la NSX demeure extrêmement coûteuse.

    5.0Pauvre
  • Conclusion

    Parce que la technologie rend sa conduite plus facile, plusieurs fines bouches lui lèveront le nez. Or, les qualités dynamiques de la NSX permettent justement aux biens nantis qui n’ont pas les talents de Nico Rosberg, d’apprécier les vertus d’une vraie voiture de performance. Qui plus est, la NSX est plus conviviale, plus appréciable au quotidien, que plusieurs exotiques capricieuses qui craignent la pluie ou pire, les routes du Québec. Comme quoi, l’alternative à une allemande peut avoir ses avantages.

Configuration et prix

Concessionnaires

Calculatrice de paiements

Offres et promotions

Voitures similaires

-- experts | -- usagers [0]

911

2017

De 102 200 $
PDSF

-- experts | -- usagers [0]

Classe-S

2017

De 103 100 $
PDSF

-- experts | -- usagers [0]

SL

2017

De 104 900 $
PDSF

APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN