Évaluations

Soumettez une évaluation

Évaluation basée sur la version: 2016 Chevrolet Silverado 3500HD Cabine multiplaces 4 RM 167 po LTZ

8.0

Chevrolet Silverado 2016 : des ajustements de mi-parcours

Par Vincent Aubé

26 Août 2016

Lorsque j’ai entrepris cette carrière il y a de cela dix ans déjà, je ne croyais pas pouvoir m’acclimater au segment des grosses brutes de la route. Tous ces gros VUS et autres camionnettes ne me disaient absolument rien. J’avais effectué mes premiers coups de volant sur d’agiles petites citadines au penchant performant; il n’était donc pas question que je devienne un disciple de ces gros pachydermes.

Une décennie plus tard, je dois me rendre à l’évidence : j’aime de plus en plus ces véhicules utilitaires concoctés par l’industrie automobile. Pire encore, j’ai un penchant pour ces « pickups » pleine grandeur qui s’imposent sur nos routes comme des outils de travail ou tout simplement comme des alternatives viables au véhicule familial traditionnel.

Renouvelé au même titre que son équivalent GMC, le Chevrolet Silverado 2016 pourrait bien entendu s’afficher à un prix raisonnable pour le commun des mortels, mais pour beaucoup plus de confort et d’exclusivités, c’est carrément le double qu’il faut accepter de débourser. Si le modèle le plus dénudé de la gamme s’aligne à un montant situé tout juste sous la barre des 30 000 $ (avant les frais de livraison), cette livrée LTZ gonfle la facture à un montant qui frise les 70 000 $ avec les frais de livraison et il ne s’agit même pas de l’édition High Country un brin plus luxueuse. Ce luxe ajouté explique-t-il mon attirance pour ces camionnettes de travail? J’ose espérer que non.

Avantages et inconvénients

  • + Espace dans le coffre
  • + Capacité de remorquage
  • + Capacités hors route
  • + Finition intérieure
  • - Économie d'essence
  • - Suspension
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Remanié pour 2016, le pickup Chevrolet reprend l’essentiel de la génération introduite en 2014. Le bouclier est sans surprise l’élément le plus distinctif pour l’année en cours. La grille de calandre est toujours séparée au centre par une bande massive supportant le nœud papillon, mais sa forme a changé à sa base, celle-ci envahissant l’espace réservé au pare-chocs par le passé.
    HeapMedia394406

    Les blocs optiques ont également fait l’objet d’une mise à niveau, l’implantation de la technologie DEL respectant la tendance du moment. Les feux antibrouillard logés dans le pare-chocs sont eux aussi redessinés, idem pour le capot qui présente de nouvelles arêtes. Finalement, la portion arrière a elle aussi reçu une attention particulière au niveau des feux de position qui sont aussi éclairés par des diodes électroluminescentes.

    7.0Bien
  • Intérieur

    L’élément qui distingue ces éditions habillées au possible des livrées plus abordables se trouve à l’intérieur. De nos jours, les constructeurs n’hésitent plus à multiplier les options disponibles à bord de ces camions. Après tout, plus il y a de l’équipement, plus la facture grimpe en flèche, ce qui a une influence positive sur la marge de profit. Le Silverado LTZ 4RM (Groupe 2LZ) se situe tout juste derrière le modèle High Country qui est, en quelque sorte, un modèle cousin du GMC Sierra Denali. Inutile de vous dire que cette camionnette a tout ce qu’il faut pour satisfaire les besoins d’une petite famille en mouvement.

    De la sellerie en cuir – n’oublions pas les sièges de la première rangée chauffés et ventilés – au système de divertissement en passant par toutes ces prises d’alimentation et cette armée de porte-gobelets, le Silverado LTZ n’a rien à envier à une berline de luxe. La visibilité latérale est excellente, tandis que le silence de roulement – à vitesse de croisière – est l’un des points forts de cette cabine. Bon, il est vrai qu’il faut y monter (dans cet habitacle), que les marchepieds fixes sont un peu étroits et que ça brasse sur une chaussée irrégulière, mais bon, une berline de luxe n’a pas les capacités de ce bourreau de travail non plus. Il s’agit donc d’un compromis.
    HeapMedia394425

    7.5Bien
  • Technologie

    Plus tôt cette année, j’ai pu mettre la main sur une version Denali du GMC Sierra. Si ce dernier était équipé du « gros » moteur de 6,2-litres, celle-ci avait plutôt droit à l’autre V8, de 5,3-litres de cylindrée dans ce cas-ci, qui doit concéder 65 chevaux et 77 lb-pi de couple au plus imposant des engins. Malgré cette infériorité qui paraît quelque peu sous le pied droit, le V8 de 5,3-litres qui fait osciller la puissance à 355 chevaux et 383 lb-pi arrive quand même à mouvoir cette camionnette sans trop forcer. La boîte de transmission automatique à huit rapports – le bras de vitesse est monté directement à la colonne de direction – est, quant à elle, un modèle de transparence, les changements de rapports s’effectuant sans même qu’on s’en aperçoive. Et, comme tout outil de travail versatile, cette version offre la possibilité de rouler en mode deux roues motrices, quatre roues motrices ou quatre roues motrices lent.

    8.5Très bien
  • Conduite

    Contrairement au GMC Sierra Denali, le Chevrolet Silverado LTZ n’a pas droit à la suspension à contrôle magnétique qui adoucit grandement le roulement. Malgré tout, le 4×4 dorlote ses occupants grâce à une cabine feutrée. Comme je l’ai mentionné plus tôt, nos routes bosselées rendent la promenade aussi sautillante que possible, mais une fois de retour sur une route aplanie, le Silverado se tranquillise.
    HeapMedia394419

    Évidemment, un véhicule de ce gabarit demande d’être alerte dans la circulation lourde, les dimensions étant plus importantes que celles d’une berline, tandis que la direction requiert un peu d’huile de coude lors des manœuvres de stationnement, mais règle générale, ce mastodonte demeure très accessible. Autrement dit, le Silverado est aussi facile à conduire que ses rivaux.

    7.0Bien
  • Valeur

    Dans ce monde aussi vaste que possible de la camionnette de travail, les configurations possibles ne manquent pas. Il est donc facile de réduire le montant exigé à l’achat, car une camionnette qui commande une somme de 67 250 $ (avec 11 605 $ en options) n’est clairement pas à la portée de toutes les bourses. À ce compte, les acheteurs intéressés à ce type de véhicule doivent s’armer de patience lorsqu’est venu le temps de choisir le modèle qui convient le mieux.

    7.0Bien
  • Conclusion

    Le segment de la camionnette légère en est un des plus compétitifs. Même si Chevrolet n’arrive pas à coiffer Ford au chapitre des ventes, il n’en demeure pas moins que son produit conserve sa place au sein du peloton de tête, celui-ci étant composé des Trois Grands (GM, FCA et Ford). Un peu moins confortable que le Ram et un brin moins techno que le Ford, le Silverado est encore dans le coup, surtout avec ces améliorations apportées pour 2016. Mais un jour, Chevrolet va peut-être vouloir dépasser son compétiteur de Dearborn.

Configuration et prix

Concessionnaires

Calculatrice de paiements

Offres et promotions

Voitures similaires

-- experts | -- usagers [0]

De 41 540 $
PDSF

7.0 experts | -- usagers [0]

1500

2016

De 31 095 $
PDSF

-- experts | -- usagers [0]

F-150

2016

De 25 799 $
PDSF

APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN