Évaluations

Soumettez une évaluation

Évaluation basée sur la version: 2017 Honda Ridgeline Black Edition cabine multiplace 4RM

8.0

Honda Ridgeline Black Edition 2017 : le mouton noir est de retour

Par Vincent Aubé

23 Nov 2016

Dernièrement, le terme camionnette – ou « pickup » si vous préférez l’expression anglophone – a été prononcé à plus d’une reprise sur le web ou ailleurs. Le segment est en constante évolution – à cause du prix de l’essence – certes, mais celui de la camionnette intermédiaire connaît lui aussi une renaissance inattendue, du moins depuis le retour de General Motors dans la danse. Et le bal ne fait que commencer puisque Ford a déjà confirmé son retour d’ici deux ou trois ans.

Pendant ce temps, un constructeur beaucoup moins expérimenté dans ce type de véhicule nous revient en 2017 avec la deuxième mouture de sa camionnette intermédiaire. Le Honda Ridgeline est sans aucun doute le mouton noir de la catégorie, lui qui n’adopte pas le même genre de structure que ses comparses. En effet, malgré le changement de décor, la recette du Ridgeline ne change pas : Honda fait encore confiance à un châssis monocoque.

Ce deuxième opus saura-t-il ramener la clientèle particulière dans les salles de montre du constructeur nippon? La question mérite évidemment d’être posée dans ce cas-ci, surtout quand on jette un coup d’œil aux ventes du modèle antérieur.

Avantages et inconvénients

  • + Économie d'essence
  • + Confort
  • + Fiabilité
  • + Agilité
  • - Espace dans le coffre
  • - Capacité de chargement
  • - Capacité de remorquage
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Malgré un regain au sein du département de design du constructeur – je pense notamment à la Honda Civic et au prochain CR-V notamment –, la camionnette Ridgeline ne semble vraiment pas vouloir sortir des sentiers battus avec une silhouette des plus effacées. Il est vrai que la première mouture était bizarroïde, mais en ce qui concerne cette version 2.0, les concepteurs du nouveau Ridgeline ont joué de prudence.

    Même le modèle le plus huppé de l’alignement, baptisé « Black Edition », n’arrive pas à le faire ressortir du lot. D’ailleurs, il faudrait que l’on m’explique pourquoi une camionnette qui frise les 50 000 $ n’a pas droit à un ensemble de jantes de 20 pouces. Je veux bien croire que les jantes de 18 pouces ont l’avantage d’être plus confortables à la longue, l’épaisseur du pneu étant en cause ici, mais quand même, Honda pourrait se permettre d’oser à l’occasion, surtout sur un modèle qui s’adresse clairement à un public « m’as-tu-vu ».

    Au-delà de cette robe un peu moins expressive se cache le même véhicule pratico-pratique avec sa boîte de chargement qui en renferme une autre à l’abris des intempéries, celle-ci étant à l’extrémité même de l’espace de chargement. À l’instar du modèle sortant, le hayon peut s’ouvrir de deux manières, soit de haut vers le bas ou soit de manière latérale, de droite à gauche. Évolution oblige, la boîte a été révisée, les deux versions les plus dispendieuses (Touring et Black Edition) étant munies de haut-parleurs sous la caisse au cas où la fête se poursuivrait aux alentours du véhicule. En bon « pickup », le Ridgeline se transforme rapidement en véhicule idéal pour les « tailgate partys ». Ai-je besoin de suggérer le potentiel de ce sous-coffre? Quelques sacs de glace, une douzaine (ou plus) de rafraîchissements et le tour est joué!
    HeapMedia408575

    7.0Bien
  • Intérieur

    Le Ridgeline partage sa plateforme avec le plus récent Pilot. Il n’est donc pas surprenant d’apercevoir cette planche de bord familière. La livrée Black Edition ajoute une ambiance plus habillée, la sellerie en cuir perforé étant exclusive à ce modèle avec ces surpiqûres rouges sans oublier les broderies « Black Edition » sur les sièges avant et les tapis. Le soir venu, la cabine s’illumine également d’une coloration rouge au niveau des pieds, des portières et des porte-gobelets.

    Le tableau de bord est à la fois très facile à utiliser (au niveau des commandes du quotidien) et un peu moins à la longue, l’écran du système de divertissement étant la principale distraction ici. De grâce Honda, ramenez des commandes simples pour le volume de la chaîne audio et même pour le changement des plages. Un écran tactile, c’est joli, mais ça ne rend pas la vie plus facile pour autant.

    Si l’espace pour les passagers de la première rangée est plus qu’adéquat, c’est un peu plus restreint à l’arrière. La fameuse banquette repliable vers le haut autorise le chargement de gros objets, mais en revanche, l’ouverture des portières est franchement décevante. Et je cherche encore l’utilité de ces crochets surdimensionnés pour l’arrimage arrière des sièges d’appoints. Pourtant, le siège que j’utilise n’est pas très vieux! Après quelques jours passés au volant, je dois malheureusement me rendre à l’évidence : le Ridgeline n’est pas le véhicule idéal pour le transport de la marmaille.
    HeapMedia408551

    7.5Bien
  • Technologie

    Le constructeur Honda n’est peut-être pas le plus flamboyant, mais en matière de motorisation, la division japonaise sait faire. Son increvable V6 de 3,5-litres de cylindrée reprend le collier sous le capot de la camionnette Ridgeline et développe dans cette application une puissance de 280 chevaux-vapeur, le couple étant quant à lui de 262 lb-pi. Contrairement au Honda Pilot qui offre dans sa livrée la plus cossue une boîte de transmission automatique à neuf rapports, le Ridgeline ignore cet équipement controversé, l’unité ayant déjà fait couler assez d’encre depuis son implantation au sein des produits du groupe FCA, d’Acura et de Honda.

    Le Ridgeline se contente donc d’une boîte automatique maison comptant six rapports seulement. En théorie, cette composante handicape un tantinet la consommation moyenne de la camionnette – en comparaison avec la boîte à neuf rapports –, mais en réalité, l’unité développée par Honda travaille en parfaite harmonie avec le 6-cylindres, un commentaire qui ne s’applique pas à l’autre boîte. Notez également que la camionnette, contrairement à celle qui est commercialisée aux États-Unis, est livrée d’office avec le rouage intégral.

    8.0Très bien
  • Conduite

    Reposant sur un châssis monocoque, le pickup Honda détient justement cet avantage face à ses plus proches rivaux d’être beaucoup plus confortable au quotidien. Évidemment, la vue de la boîte de chargement dans le rétroviseur et cette fenêtre arrière en trois parties rappelle à celui ou celle qui tient le volant qu’il est aux commandes d’une camionnette, mais à tous les autres niveaux, le Ridgeline se conduit comme tout véhicule utilitaire moderne. La caisse est rigide, tandis que la suspension se fait plus ferme que dans le Pilot par exemple, mais au final, ce choix technique donne au Ridgeline une agilité surprenante pour un véhicule à boîte de chargement.

    D’ordinaire, une camionnette traditionnelle se fait sautillante lorsqu’il n’y a rien derrière. Dans le Ridgeline, cet aspect est absent. L’insonorisation de l’habitacle est également à noter, un élément à considérer pour les longues expéditions dans l’arrière-pays.
    HeapMedia408564

    En revanche, le pickup Honda doit s’avouer vaincu lorsqu’est venu le temps de comparer les capacités de chargement et de remorquage. Face aux Toyota Tacoma, Nissan Frontier et les deux camionnettes de GM, le Ridgeline n’est pas aussi robuste. Est-ce un défaut? Pas nécessairement, surtout quand on pense à l’aspect loisir de ce dernier. Le Ridgeline n’a pas été conçu pour accomplir de lourds travaux, mais bien pour servir de moyen de transport pour une clientèle ciblée qui, à l’occasion, a besoin d’une boîte de chargement.

    8.5Très bien
  • Valeur

    À 48 590 $, le Honda Ridgeline Black Edition est au sommet de la gamme de la camionnette. À côté de ce modèle cossu, l’édition LX paraît plus intéressante à 36 590 $, mais il manque quelques luxes. Encore une fois, le modèle médian, le EX-L, à 42 590 $, m’apparaît comme celui qu’il faut viser pour avoir droit au meilleur rapport équipement/prix.

    8.0Très bien
  • Conclusion

    Le Honda Ridgeline n’est pas une camionnette comme les autres. Les puristes peuvent le regarder de haut, le châssis monocoque n’étant pas un choix traditionnel pour un pickup. Mais quand on y pense plus longuement, il existe assurément un marché pour ce type de véhicule. Le Ridgeline n’est pas parfait, mais à mon avis, il mérite tout de même sa place au soleil.

Configuration et prix

Concessionnaires

Calculatrice de paiements

Offres et promotions

Voitures similaires

-- experts | -- usagers [0]

3500

2017

De 46 445 $
PDSF

8.0 experts | -- usagers [0]

De 29 785 $
PDSF

-- experts | -- usagers [0]

De 43 999 $
PDSF

APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN