Évaluations

Soumettez une évaluation

Évaluation basée sur la version: 2016 Hyundai Sonata hybride rechargeable Berline 4 portes Ultime

8.0

Hyundai Sonata PHEV 2016 : la Sonata qu’on voit rarement

Par Luc Gagné

27 Mai 2016

Oubliez l’hybride classique, ce véhicule coûteux qui a besoin de deux moteurs et d’une batterie pour réduire sa consommation de carburant à un niveau guère plus bas que ce dont sont désormais capables certaines autos qui se contentent d’un humble moteur thermique.

L’hybride qu’il faut c’est l’hybride rechargeable, comme cette Sonata PHEV. Une grande berline offrant une autonomie « suffisante » en propulsion électrique pour pouvoir l’utiliser au quotidien, que ce soit pour faire les petites courses qui nous mènent chez le dépanneur ou pour transporter les enfants à leur réunion scoute, mais aussi pour faire l’aller-retour au travail chaque jour.

Or, une Sonata comme celle-là pourrait vraisemblablement répondre aux besoins de près de 80 % des Canadiens !

Avantages et inconvénients

  • + Comportement routier dynamique
  • + Présentation intérieur soignée
  • + Agrément de conduite
  • + Performances intéressantes
  • + Rendement énergétique
  • - Prix élevé
  • - Seuil de coffre élevé
  • - Capacité de chargement
  • - Rareté du modèle
  • - Visibilité arrière
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Au premier coup d’oeil, on croirait voir une Hyundai Sonata ordinaire. Puis, on remarque un détail incongru : une trappe « à essence » additionnelle sur l’aile avant gauche ! Évidemment, cette trappe ne cache pas un tuyau menant à un réservoir, mais plutôt la prise qui permet à l’automobiliste de recharger sa batterie, car il s’agit d’une Sonata hybride rechargeable ou, si vous préférez, la PHEV, acronyme de plug-in hybrid electric vehicle.

    Ces quatre lettres distinguent cette voiture de la Sonata hybride ordinaire, qui est la rivale directe de la Toyota Camry hybride. Vous savez, ces hybrides qui consomment un peu moins de carburant, mais qui ne peuvent parcourir guère plus d’un kilomètre en mode électrique — et encore, sur le plat, en ligne droite, en accélérant avec parcimonie, avec le vent dans le dos, etc.

    En regardant de plus près, on remarque que la Sonata PHEV n’est pas une copie conforme des Sonata à moteurs thermiques. Sa calandre, ses pare-chocs avant et arrière, ses phares et ses feux arrière, de même que ses roues en alliage chaussées de pneus à faible résistance au roulement lui sont exclusifs, de même qu’à la Sonata hybride ordinaire d’ailleurs.

    Pour le profil, par contre, c’est du copier-coller. On retrouve la même silhouette qui a été dévoilée au Salon de l’auto de New York, en 2010, et que le constructeur a affinée l’an dernier, tout en prenant soin de remplacer les calandres originales qui affichaient des formes excentriques. La Sonata d’aujourd’hui a une partie avant nettement plus classique.

    8.0Très bien
  • Intérieur

    À l’intérieur de la Sonata PHEV, on se retrouve dans un environnement luxueux, car il s’agit d’une version Ultimate (qui porte pourtant l’écusson Limited !), une appellation désignant les Sonata les plus richement équipées. Au Canada, c’est le seul niveau de dotation offert pour la Sonata PHEV. L’intérieur ressemble donc beaucoup à celui d’une Sonata Sport Ultimate 2.0T, la version animée par un 4-cylindres turbo de 2,0 L. On dénote cependant une instrumentation différente derrière le volant, avec des indicateurs permettant de mieux suivre l’activité du groupe motopropulseur hybride. Il ne s’agit toutefois pas d’afficheurs « à gogo », avec de petites feuilles qui apparaissent et disparaissent pour infantiliser le conducteur. Le graphisme utilisé est plus sérieux et inspirant.

    La technologie hybride n’enlève rien, par ailleurs, au côté spacieux de l’habitacle, qui peut accueillir quatre adultes normaux (cinq au besoin) avec un confort princier.

    Cela dit, pour les longs trajets et les visites au centre commercial, il faudra prévoir le coup et peut-être même limiter les bagages ou surtout leur taille. Car cette hybride rechargeable, comme tous les véhicules de cet acabit, a un coffre moins volumineux. Son volume utile se limite à 280 L, alors qu’une Sonata ordinaire a un coffre de 462 L. Même celui de la Sonata hybride est plus volumineux (380 L), tout comme d’ailleurs le coffre d’une berline Hyundai Accent (389 L) ! Heureusement, la découpe large et haute de son ouverture facilite, dans une certaine mesure du moins, le chargement des colis et compense pour le seuil, qui est relativement haut.

    8.5Très bien
  • Technologie

    La carrosserie des deux Sonata hybrides bénéficient de diverses particularités leur procurant un coefficient aérodynamique (Cd) inférieur à celui des autres Sonata : 0,24, plutôt que 0,27. Cela comprend, entre autres, un petit déflecteur arrière sur le couvercle du coffre et des roues dont la forme oppose moins de résistance éolienne. Mais il y a aussi ces autres détails qu’on ne voit pas, comme le panneau qui recouvre le dessous de la voiture dans sa partie centrale, les petites ouverture dans les coins inférieurs de la calandre, qui facilitent le mouvement de l’air, et les volets à pas variable cachés derrière la grille de la calandre.

    Sous le capot, on retrouve un 4-cylindres Nu de 2,0 L, un moteur à haute compression et injection directe. Il se distingue du moteur turbo de même cylindrée de la Sonata Sport Ultimate 2.0T par son cycle Atkinson et son dispositif d’arrêt-démarrage au ralenti.

    Ce moteur est jumelé à une boîte de vitesses automatique Shiftronic à 6 rapports, qui a perdu son convertisseur de couple au profit d’un moteur électrique de 50 kW. Ce moteur électrique est 32 % plus puissant que celui de 38 kW qui sert à l’hybride ordinaire, de sorte à servir plus efficacement à haute vitesse.

    Le moteur électrique est alimenté par une batterie au lithium-ion polymère de 9.8 kWh, soit une capacité environ cinq fois supérieure à celle de la batterie de l’hybride ordinaire.

    Le moteur thermique développe 154 ch et 140 lb-pi de couple, mais en ajoutant la puissance livrée par le moteur électrique, la puissance nette atteint 202 ch.

    Selon le constructeur, la batterie de la Sonata PHEV pourrait lui permettre de parcourir jusqu’à 43 km en mode électrique pur (certains utilisateurs affirment même avoir dépassé les 50 km). Puis, lorsque la batterie a été épuisée, il faudrait de 2,5 à 3 heures pour la recharger avec une borne à haut débit de 240 V (niveau 2), ou jusqu’à cinq heures en utilisant une prise résidentielle de 120 V.

    9.0Excellent
  • Conduite

    La Sonata la plus « verte » se conduit comme n’importe quelle autre berline de taille intermédiaire. Mieux, son comportement est quasiment exemplaire ! La servodirection est précise et le freinage est puissant et relativement facile à moduler. Il faut juste se faire à ces brefs instants où la voiture se retrouve en roue libre, le moteur thermique n’opposant pas toujours de frein moteur en ralentissant. Ce phénomène, qui peut dérouter un néophyte, n’est cependant pas aussi aigu qu’avec certaines autres hybrides même ordinaires.

    Côté performance, la Sonata PHEV n’a rien à envier à une berline ordinaire qui serait munie d’un puissant V6. L’accélération est instantanée et vive. Le couple transmis au train avant est parfois si important, que les roues patinent sur un asphalte poussiéreux ou légèrement humide.

    La boîte de vitesses automatique fonctionne avec une grande souplesse souple et le passage du mode thermique au mode hybride ou électrique s’effectue de manière parfaitement imperceptible. Un quidam pourrait conduire cette voiture toute une année durant sans jamais remarquer le passage d’une source d’énergie à une autre — thermique, électrique ou mixte.

    Au terme de notre semaine de conduite, qui nous a mené en ville et sur les autoroutes de grand Montréal, nous avons relevé une moyenne frôlant les 6,0 L/100 km, ce qui n’est pas si mal compte tenu du fait que Ressources naturelles Canada attribue à cette voiture une cote moyenne de 5,9 L/100 km.

    Ce score a été obtenu en tentant d’optimiser l’usage de la propulsion électrique dans les environnements les plus favorables : les milieux urbains et les centres-ville. Après tout, sur l’autoroute, on aurait tôt fait d’épuiser la batterie. Or, le conducteur de cette Sonata dispose justement d’un système qui lui permet d’économiser la charge de la batterie pour l’utiliser au moment le plus opportun. Pour ce faire, par exemple au moment d’accéder à une autoroute, il lui suffit d’appuyer sur le bouton « HEV » situé sur la console centrale, qui fait aussitôt démarrer le moteur à essence pour qu’il devienne la principale source d’entraînement. La charge de la batterie demeure alors intacte jusqu’au moment d’entrer en zone résidentielle et d’appuyer de nouveau sur le bouton HEV. Un ami me disait même qu’entre deux villes, il roulait parfois en utilisant le frein moteur induit par la transmission durant une vingtaine de minutes pour recharger la batterie. Le coquin !

    9.0Excellent
  • Valeur

    La Sonata PHEV joue donc un rôle de modèle haut de gamme à la fine pointe de la technologie, avec tous les irritants que cela peut comporter. Cette luxueuse berline peut donc se contenter de 30 % moins de carburant qu’une Sonata GL à moteur thermique de 2,4 L (la moins gourmande de la gamme), mais elle coûte aussi 56 % plus cher que cette dernière.

    Et pourtant une quarantaine de kilomètres d’autonomie conviendrait parfaitement à environ 80 % des automobilistes canadiens. C’est ce que nous apprenait le journaliste Daniel Breton dans un article intéressant publié en novembre 2014. Une analyse conjointe réalisée par le Centre National de Transport Avancé (CNTA) en collaboration avec Mobilité Électrique Canada (MEC) extraite des chiffres de 2006 de Statistiques Canada nous apprend que quatre Canadiens sur cinq parcourent moins de 20 km pour se rendre au travail quotidiennement — donc moins de 40 km aller-retour.

    Par ailleurs, l’essai que nous avons réalisé, où nous parcourions une vingtaine de kilomètres « électriques » par jour, en moyenne, nous a démontré que la recharge à l’aide d’une prise électrique résidentielle en soirée suffisait amplement pour rétablir la charge de la batterie. Pour un usage plus intensif de cette voiture, par contre, une borne de recharge à haut débit pourrait être justifiable.

    La « question qui tue » demeure naturellement celle du prix. Avec un prix de départ de 43 999 $, la Sonata PHEV serait actuellement la berline hybride rechargeable la plus chère dans sa catégorie. Cela pourrait la rendre moins attrayante. Moins, par exemple, qu’une Chevrolet Volt, qui est offerte à partir de 38 390 $, ou qu’une Ford Fusion Energi SE offerte, elle, à partir de 34 949 $. Cela dit, en comparant plutôt les versions plus étoffées de ces deux rivales (la Sonata PHEV n’étant offerte qu’avec la dotation Ultimate, la plus cossue), l’écart s’amenuise. La Fusion Energi Titanium a un prix de base de 37 149 $ et la Volt Premier, 42 490 $.

    De plus, au chapitre des incitatifs offerts par le gouvernement du Québec pour les véhicules « verts », la Sonata PHEV est moins favorisée que la Volt. Le rabais à l’achat ou à la location (sur 48 mois et plus) offert pour cette voiture est de 4 000 $, tout comme pour la Fusion Energi d’ailleurs. L’acheteur de la Volt, lui, peut recevoir deux fois plus, soit 8 000 $; un avantage dû à certaines caractéristiques techniques qui lui sont inhérentes et que, ni la Hyundai, ni la Ford ne partagent.

    Certains acheteurs seront donc attirés derechef par la Volt Premium, qui fait miroiter le prix final le plus attrayant, la consommation de carburant la plus basse (5,5 L/100 km) et la meilleure autonomie électrique (jusqu’à 85 km, selon le constructeur). Par contre, elle a l’habitacle le moins spacieux du trio. La Fusion Energi, elle, ressemble à une berline de représentant commercial typique; le genre d’auto qu’on choisit d’abord pour le prix. Moins inspirante, elle a aussi une plus petite batterie (7,6 kWh) qui lui procure la plus faible autonomie électrique du trio (32 km). Qui plus est, avec un volume utile de seulement 232 L, son coffre, qui est encore plus petit que celui de la Sonata PHEV. De plus, il impose des formes contraignantes. Même sa cote moyenne de consommation de 6,1 L/100 km n’est pas meilleure.

    Sous cet angle, malgré son prix plus élevé, la Sonata PHEV pourrait servir d’alternative à l’une et l’autre de ses deux rivales : en offrant un habitacle nettement plus spacieux et plus confortable que la Chevrolet, et en bénéficiant des performances éconergétiques plus attrayantes que la Ford.

    8.0Très bien
  • Conclusion

    L’ennui avec la Sonata PHEV est sa rareté. Selon le porte-parole de Hyundai Canada, Chad Heard, les ventes de Sonata hybrides et hybrides rechargeables au pays cette année pourraient constituer environ 10 % de l’ensemble des ventes de berlines Sonata. Si l’on présume que le constructeur coréen vendra de nouveau environ 13 500 Sonata cette année, comme il l’a fait en 2015, les ventes d’hybrides tourneraient autour de 1 350 unités. Or, selon une source proche du constructeur, à peine une centaine de Sonata PHEV 2016 ont été importées au pays jusqu’ici et on ne s’attend pas à en voir arriver davantage. Les photos de ce reportage vous montrent donc peut-être une future pièce de collection. Qui sait ?

    Les ventes de la Ford Fusion Energi ne sont guère plus imposantes. Par contre, GM vend plus de Chevrolet Volt. Disons un peu plus, pour être plus précis. Car en 2015, la championne du créneau des hybrides rechargeables a attiré 1 463 acheteurs canadiens. Au terme des quatre premiers mois de 2016, les ventes de cette berline atteignent 702 unités ce qui laisse croire que le 31 décembre prochain, GM aura vendu tout au plus 2 000 de ces voitures.

    Bref, toutes ces voitures hybrides rechargeables ne représentent une goutte d’eau dans l’océan des ventes de véhicules légers (autos et camions) au pays. L’an dernier, elles ont culminé à plus de 1,9 million de véhicules.

    En somme, comme les autres constructeurs, Hyundai est actuellement dans une phase expérimentale où il teste un marché en devenir : celui des hybrides rechargeables. Un test qui servira assurément à positionner la Hyundai Ioniq, dont il existera une version hybride rechargeable. Une nouveauté à laquelle la Sonata PHEV aura ouvert la voie.

    Photos originales : Luc Gagné

Configuration et prix

Concessionnaires

Calculatrice de paiements

Offres et promotions

Voitures similaires

-- experts | -- usagers [0]

De 34 949 $
PDSF

9.0 experts | -- usagers [0]

Volt

2016

De 38 390 $
PDSF

8.5 experts | -- usagers [0]

Série 3

2016

De 39 990 $
PDSF

APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN