• À propos de nous
  • Aide
  • English

2017 Mazda CX-5

N/D PDSF
Années: 2017
Sélectionner une année:
Version: CX-5
Sélectionner une version
Comparer toutes les versions

Évaluations

Évaluation basée sur la version: 2017 Mazda CX-5 CX-5

8.5

Mazda CX-5 2017 : consolidation

Par Daniel Rufiange

17 Mars 2017

Pour le millésime 2013, Mazda nous offrait un nouveau véhicule, le CX-5. Ce dernier était le premier à profiter à 100 % de la technologie Skyactiv, tapissée sans réserve dans toutes les publicités du manufacturier. Le CX-5 avait donc la mission de nous présenter à cette dernière et de nous prouver son efficacité.

Ce n’était pas une mince tâche.

Il devait aussi nous faire oublier le vieillissant CX-7, disparu depuis.

Ça, c’était un jeu d’enfant.

Un peu plus de quatre années après son introduction, Mazda nous présente la deuxième génération de son CX-5 qui est devenu, en quelques années, le meilleur vendeur de la famille Mazda.

Oui, il se vend plus de CX-5 que de Mazda3.

Un produit important pour le constructeur, donc, et comme vous allez le constater, un avec lequel on a travaillé les choses prudemment.

Avantages et inconvénients

  • + Économie d'essence
  • + Agrément de conduite
  • + Insonorisation
  • - Puissance du moteur 2,0 litres
  • - Écran de navigation
Lire l'évaluation en entier
  • Description détaillée

    Et ça commence au niveau du design. Le premier CX-5 n’était pas laid. Les stylistes n’ont donc pas tenté de réinventer la roue. En fait, la nouvelle mouture s’inspire toujours de l’approche Kodo qui dicte la façon de faire depuis quelques années chez Mazda. Le produit est donc très reconnaissable. Ses lignes ont simplement été affinées et accentuées. C’est surtout visible à l’avant où la grille est beaucoup plus affirmée. Elle a pris l’allure qui a été donnée à celle du plus gros CX-9.

    Les versions proposées sont les mêmes aujourd’hui qu’hier, soit les GX, GS et GT. Avec la livrée de base, l’équipement est généreux et comble les besoins essentiels que sont devenus la climatisation, le régulateur de vitesse, la caméra de recul, le Bluetooth et non pas un, mais deux ports USB à l’avant. En passant à l’ensemble GS, on a accès à plus, incluant une myriade d’aides à la conduite. Un ensemble confort peut être ajouté à cette variante, sinon, la version GT, entièrement équipée, sustentera l’acheteur plus exigeant.

    Quant aux pneus, leur taille est de 17 pouces sur la version de base et atteint les 19 avec l’habillage GT. La liste de prix vous est fournie un peu plus bas.

    7.5Bien
  • Intérieur

    À l’intérieur, aucun changement majeur. Plutôt, une foule d’ajustements qui ont pour but de rendre l’expérience plus conviviale. Vous ne le remarquerez pas, mais on a par exemple fait des efforts considérables pour offrir une position de conduite parfaite, centrée à 100 % sur le centre du volant. Bon! On a aussi retouché et replacé certains contrôles, encore là suite à de savantes études visant à nous faciliter la tâche.

    En somme, on améliore tout, mais franchement, pour le conducteur, ça demeure des ajustements mineurs qu’on ne remarque pas d’emblée.

    Ce qu’on a remarqué davantage cependant, c’est le niveau d’insonorisation. L’essentiel des améliorations au cocon, c’est là qu’elles se trouvent. L’ajout de matériaux insonorisant et de bandes caoutchoutées à l’intérieur des portières vient réduire le nombre de décibels qui parviennent à s’introduire à bord. Quant à l’espace cargo, il est désormais recouvert de tapis, ce qui aide à filtrer les bruits externes.

    Ça, c’est fort appréciable et c’est exactement ce que Mazda souhaitait. L’expérience à bord est nettement plus feutrée.

    Ce que l’on entend davantage et encore un peu trop cependant, c’est le moteur se plaindre à l’avant lors de fortes accélérations.

    8.0Très bien
  • Technologie

    La grande nouveauté pour cette deuxième génération de CX-5, c’est le moteur Diesel 4-cylindres de 2.2 litres qui vient s’insérer dans l’offre.

    Il va falloir être patients, toutefois, alors que ce n’est qu’à l’automne qu’on nous offrira enfin ce moteur Diesel issu de la philosophie Skyactiv. Enfin, oui, car lorsqu’on nous avait présenté la technologie en 2011 lors d’un essai médiatique, nous avions conduit des véhicules équipés de ce moteur.

    En attendant, les mêmes deux moulins ayant servi la dernière génération sont de retour, soit deux blocs 4-cylindres. Le premier, de 2 litres, propose 155 chevaux et un couple maximum de 150 livres-pieds. Avec le moteur de 2.5 litres, ces données atteignent 187 chevaux et 185 livres-pieds, respectivement. De petits ajustements apportés au dernier lui ont fait gagner trois chevaux et la réponse de son accélérateur est plus prompte, mais on n’y voit pas une grosse différence.

    Pour les boîtes, la manuelle et l’automatique sont toujours au menu, ce qui est bien. Ce qui l’est moins, c’est que les combinaisons sont limitées. En fait, la première n’est livrable qu’avec le moteur 2-litres… et la traction.

    Décevant.

    9.0Excellent
  • Conduite

    Même ce CX-5 représente l’arrivée d’une nouvelle génération de produit, on a plus droit à une évolution qu’à une révolution ici. La raison en est bien simple; on profitait déjà d’une excellente base.

    Et c’est particulièrement vrai au niveau du comportement routier.

    Qu’a décidé de faire Mazda, alors?

    On a voulu rendre l’expérience plus… relevée. Oui, le niveau d’insonorisation, précédemment abordé, aide beaucoup, mais le tout passait aussi par un ajustement du châssis permettant une expérience plus douce au volant.

    Or, il y avait un risque, soit celui de rendre le véhicule moins dynamique sur le plan de la conduite.

    Pour une compagnie dont la philosophie fait vroum-vroum, c’était hors de question.

    Ainsi, la solution est passée par un travail sur la rigidité de la caisse. Cette dernière est au passage devenue plus résistante de 15 % face aux efforts de torsion. Conséquemment, on a pu adoucir le travail des suspensions sans que cela vienne entacher l’expérience au volant.

    Expérience qui est, il faut le souligner, grandement dynamisée par la technologie G-Vectoring Control. En substance, celle-ci contrôle la distribution du couple de façon à favoriser une adhérence maximale des roues avant à l’entrée d’un virage et lors de manœuvres plus serrées. Ce n’est pas quelque chose que l’on sent, mais plutôt que l’on ressent (notamment au niveau du roulis et de la direction) en réalisant à quel point le CX-5 se conduit à merveille, surtout lorsqu’on le pousse.

    Vraiment, il n’y a rien à redire sur la conduite de ce véhicule.

    Si le moteur nous semblait moins poussif à l’accélération, ce serait parfait.

    8.5Très bien
  • Valeur

    Pour les prix et les versions, voici.

    GX – 24 900 $ (boîte manuelle et traction)
    GX 26 300 $ (boîte auto et traction)
    GS 29 100 $ (boîte auto et traction)

    GX – 28 300 $ (boîte auto et 4RM)
    GS 31 100 $ (boîte auto et 4RM)
    GT 34 700 $ (boîte auto et 4RM)

    Des ensembles pouvant être ajoutés aux versions GS et GT peuvent en faire grimper les prix.

    7.5Bien
  • Conclusion

    Mazda n’a pas pris de risque avec le renouvellement de son CX-5 et on la comprend bien. On ne modifie pas trop une recette gagnante.

    Ainsi, c’est un produit évolutif qui nous est proposé et dans l’ensemble, on a droit à un bon travail.

    Il ne va que consolider sa position. Son seul problème, c’est qu’il n’est pas le seul produit compétent dans son segment. La guerre fait officiellement rage.

Concessionnaires

Calculatrice de paiements

Voitures similaires

9.0 experts

Q7

2017

N/D
PDSF

7.5 experts

Rogue

2017

N/D
PDSF

9.0 experts

C 300

2017

N/D
PDSF

APPUYEZ SUR ESC POUR QUITTER LE MODE PLEIN ÉCRAN