Vous auriez aimé y être ? Nous aussi. Toutefois, grâce à la magie des réseaux sociaux, j’ai eu la chance de voir apparaître une vidéo de l’événement qui m’a collé un sourire aux lèvres – et il me fallait la partager avec vous.

Ce qu’on peut voir, et entendre grâce à la voie du légendaire Chris Economaki, c’est ce qu’ont pu voir et entendre une poignée de spectateurs présents au programme « 1966 Thrill of the Year » que Chevrolet avait tenu devant un public conquis d’avance pour présenter sa gamme de modèles 1966.

.

Cette gamme comptait cette année-là la Corvair, la compacte Chevy II (notre photo ci-dessous), la Chevelle, les modèles pleine grandeur de Chevrolet (Bel Air, Biscayne, Impala et Caprice), de même que la célèbre Corvette.

En 1966, la division de GM dominait la scène automobile et ce que les gens ne savaient pas (encore), c’est que la compagnie préparait en coulisse un modèle qui allait faire un tabac l’année suivante, la Chevrolet Camaro.

Bref, tout baignait dans l’huile au sein de la marque au noeud papillon.

HeapMedia490215

Dans la vidéo que vous avez déjà sûrement visionnée maintenant, vous y avez vu certains véhicules être mis à rude épreuve, notamment avec des exercices spectaculaires destinés à impressionner le public.

Cependant, lorsque vous avez vu le sort qu’on réservait à la transmission d’un modèle pleine grandeur, et si vous êtes le moindrement sensible… mécaniquement parlant, le cœur a dû vous arrêter.

Un moment plus amusant pour tout le monde est cette course d’accélération entre deux modèles identiques, mais équipés de moteurs différents; un premier est porteur d’un V8 de 409 pouces, le deuxième d’un V8 de 396 pouces cubes. Qui l’a emporté à votre avis?

HeapMedia490219

Autre élément qui a retenu mon attention: la présentation d’un camion semi-remorque futuriste propulsé par une turbine (photo ci-dessus).

Celui-là, je n’en avais jamais entendu parler et ce fut un plaisir que de le découvrir.

C’est fou à quel point les véhicules ont évolué depuis un demi-siècle. Difficile de ne pas être nostalgique en effectuant ce voyage dans le temps – et en y découvrant des gens qui semblaient encore capables d’autant d’émerveillement…