Une série d’événements aussi incroyables que loufoques se sont déroulés à la mi-septembre en Russie. Ceux-ci ont mis en vedette un type doté d’une détermination pour le moins admirable (mais d’un jugement plus discutable), ainsi que trois Lada anciennes.

Le malfaiteur a d’abord réussi à dérober un modèle 2106, connu ailleurs sous le nom de Lada 1600. Le problème, c’est qu’aussitôt son larcin commis, le véhicule subtilisé est tombé en panne.

Armé d’un profond désir de réussite, l’homme a récidivé avec une version identique et, devinez la suite, la voiture a aussi eu des pépins mécaniques qui l’ont forcé à l’abandonner.

Notre malheureux criminel en herbe de 22 ans ne connaît probablement pas l’expression jamais deux sans trois, mais il l’a appris à ses dépens après avoir commis un troisième vol de Lada, cette fois d’une version plus ancienne 2103, la voiture rendait l’âme après seulement quelques kilomètres.

HeapMedia490551

Est-ce que notre acharné y est allé d’une quatrième tentative ? Possiblement que l’idée lui a traversé l’esprit, seulement… il a été appréhendé par les forces policières avant de pouvoir de nouveau passer à l’action.

Si seulement il avait eu le réflexe de se taper une Toyota…

Ceux qui ont connu les modèles Lada mentionnés savent à quel point ces derniers étaient de véritables casse-tête sur roues. Si vous pensez que les Pony de Hyundai n’étaient pas fiables, vous n’avez pas connu l’époque des Lada qui ont été commercialisées au tournant des années 80 chez nous.

Votre humble serviteur se souvient qu’à la fin des années 70, ses voisins d’en face s’étaient procuré deux exemplaires ; l’un rouge, l’autre vert. Ces voitures étaient vendues pour la moitié du prix d’une berline nord-américaine.

Le souvenir associé à ces voitures est qu’elles étaient toujours dans l’entrée de garage et que les week-ends, les capots étaient plus souvent relevés que fermés.

Une page incroyable de l’histoire automobile québécoise, vraiment. Imaginez alors le portrait en Russie où ces modèles ont été produits jusqu’au milieu des années 2000.

Pauvres, pauvres voleurs.