Le retour de la camionnette Ford Ranger, c’est comme celui de Guy Lafleur en 1989; la nouvelle était partout? Qui est Guy Lafleur, dites-vous? OK, Tiger Woods, dans ce cas, tout juste vainqueur de son premier tournoi de golf en cinq ans.

Qu’importe, qu’on parle de Guy Lafleur, de Tiger Woods ou du «pick-up» Ford Ranger, c’est le genre de retour que l’on attendait plus. Qu’on se rapporte au début de la présente décennie pour réaliser à quel point.

Au milieu des années 2000, on retrouvait une poignée de joueurs dans le segment des camionnettes de taille intermédiaires. La Ranger de Ford, le duo Colorado/Canyon de Chevrolet/GMC, la Dakota chez Dodge, la Frontier chez Nissan et la Tacoma à l’enseigne Toyota.

Du lot, la Ranger n’était plus dans le coup, parce que Ford ne l’avait pas retouchée depuis 1993. En fait, on aurait pu créer une catégorie unique pour elle, soit celle des camionnettes de taille compacte.

HeapMedia396738

Ce qui lui permettait de bien tirer son épingle du jeu, c’était son prix, minimaliste. Souvenez-vous de certaines promotions où il était possible de mettre la main sur un exemplaire de Ford Ranger pour 11 999$ – ou quelque chose du genre.

Pendant ce temps-là, une représentante de Chevrolet bien équipé se vendait autour de 35 000 $, sinon plus.

On savait cependant la Ford Ranger sur sa fin et la crise financière de 2008 n’est venue qu’accélérer cette éventualité.

À la fin de 2011, c’en était terminé. En fait, ce fut l’hécatombe dans la catégorie. Après le départ des représentantes de GM, on s’est retrouvé avec la Toyota Tacoma et la Nissan Frontier.

Cette dernière étant à la traîne de l’autre, Toyota riait dans sa barbe. En prime, son véhicule s’accompagnait d’une réputation béton – l’une des principales raisons pour laquelle il a survécu.

L’un des gros problèmes auquel étaient confrontées les propositions de cette catégorie, c’était leur prix: souvent, il s’installait trop près de celui d’une version pleine grandeur. Pourquoi payer autant pour en avoir moins, finalement ?

Il fallait donc repenser les choses et c’est ce qui s’est produit.

HeapMedia488357

GM est revenu dans le portrait en 2015 et Ford est sur le point de le faire. Des rumeurs persistantes font état d’un retour du Dakota chez FCA. Depuis quatre ou cinq ans, la catégorie renaît…

… mais les acheteurs ne sont plus les mêmes ; leurs priorités, du moins, ont changé.

Quantité sont à la recherche d’un véhicule utilitaire plus que d’une camionnette. Or, celles de format intermédiaire leur servent tout ce qu’ils espèrent d’un VUS traditionnel, avec l’aspect utilitaire en prime.

C’est exactement ce que les camionnettes intermédiaires servent de nos jours ; un style robuste, mais une enveloppe raffinée. Des capacités hors routes indéniables, mais un comportement routier feutré.

Et comme leurs dimensions sont moins monstrueux que celles des versions pleine grandeur, elles sont très populaires auprès des entreprises, des ouvriers et ceux qui ont vraiment de lourdes charges à tracter.

Voilà pourquoi on assiste à une recrudescence dans la catégorie. Et l’arrivée de la Ranger tombe à point pour Ford.

HeapMedia488353

À la mi-août, nous vous faisions part des prix réservés aux consommateurs américains. Ceux des versions canadiennes sont enfin connus et sans plus tarder, les voici:

  • Ford Ranger XL Supercab : 30 969 $
  • Ford Ranger XL Supercrew : 37 339 $
  • Ford Ranger XLT Supercab : 35 539 $
  • Ford Ranger XLT Supecrew : 37 339 $
  • Ford Ranger Lariat : 42 289 $

Évidemment, on parle du prix de base pour ces versions. Dans le cas des premières, quantité d’options pourront leur être ajoutées, mais il faudra se montrer patients avant de voir le catalogue des commandes ; les débuts de la Ford Ranger ne sont prévus au Canada que l’an prochain (2019).

Néanmoins, on vous rappelle que le modèle sera au départ servi avec le moteur quatre cylindres EcoBoost de 2,3 litres et qu’une boîte automatique à 10 rapports lui sera jumelée. Cette combinaison est déjà à l’œuvre au sein de l’entreprise, notamment sous le capot de la Ford Mustang – qui, incidemment, pourrait bien s’amener avec la traction intégrale.

Pour les amateurs d’escapades hors route, la Ford Ranger pourra être livrée avec un ensemble FX4, en attendant la variante… Raptor. Avec Chevrolet qui propose une mouture ZR2 pour le Colorado et qui s’apprête à lancer une livrée Bison, Ford doit être prêt à répondre du tac au tac.

Du reste, on le répète, il faudra se montrer patients avant de tout savoir sur cette Ranger qui est attendue impatiemment par les amateurs… et de pied ferme par la concurrence.
.