En guise d’amuse-bouche pour le Salon de Los Angeles qui va se dérouler à la fin du présent mois, Toyota a publié une image de la prochaine Prius. Jusqu’ici, rien d’anormal là, sauf que la voiture montrée file à toute allure dans un blizzard. De plus, elle est équipée de rails de toit. On aurait voulu nous faire comprendre qu’elle était dotée d’un système à quatre roues motrices qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Magnifique, non ?

Et bien pour le consommateur canadien, il y a eu un moment d’inquiétude, car les premières informations qui ont coulé à propos du modèle, c’est qu’il ne serait pas commercialisé au Canada.

C’est comme si une poutine à saveur de tourtière était offerte partout dans le monde, sauf au Québec ; un non-sens !

Ce qui ajoutait du poids à cette information, c’est que l’annonce de la présentation du modèle à Los Angeles apparaissait sur le site média américain du constructeur, mais pas sur la page canadienne. Or, Toyota, qui est toujours réglée au quart de tour, publie ses communiqués rapidement aux bons endroits.

Aujourd’hui, on peut voir la nouvelle sur le site média canadien. Malgré tout, on ne nous confirme rien du côté de Toyota Canada. On se contente de dire que la Prius 2019 sera vendue chez nous. Bon… Il faut quand même s’attendre à voir le modèle être vendu ici; la division canadienne n’aurait rien publié advenant le contraire.

Néanmoins, Toyota est fière d’annoncer que « même si l’automne est arrivé et que l’hiver approche, la Prius 2019 performe sur toutes les routes, qu’elles soient enneigées ou qu’elles soient dégagées. »

Le marché nord-américain s’ajoutera donc aux autres qui profitent déjà d’une version à quatre roues motrices de la voiture hybride la plus vendue de l’histoire.

Quant au fonctionnement du rouage intégral de cette Prius prête à affronter les pires intempéries, il mettra à contribution l’électricité alors que c’est un moteur électrique qui aura pour mission de fournir l’adhérence nécessaire aux roues arrière lorsque la situation l’exigera.

Le gain en puissance sera de sept chevaux. Ce n’est rien de significatif, on va s’entendre. Ce qui sera à vérifier, ce sera la perte potentielle au chapitre de la consommation d’essence. Il est à noter que le système sera de type réactif et non permanent, ce qui ne devrait pas affecter outre mesure les performances à ce chapitre.

Quant au style de la voiture, on pourrait le voir se rapprocher de celui de la version Prime, parmi nous depuis quelques années déjà. Si vous aimez, grand bien vous fasse. Cependant, on ne s’attend pas à des miracles de ce côté.

Une Toyota Prius jolie, c’est comme un joueur de baseball professionnel pauvre ; ça n’existe pas !

Nous aurons bien sûr plus de détails à vous communiquer une fois que le modèle aura fait ses débuts officiels au Salon de Los Angeles à la fin du mois de novembre.