Le T-Prime Concept GTE dévoilé cette semaine au salon Auto China 2016 à Beijing, en Chine, introduit le style et certaines technologies qu’adopteront les prochains utilitaires lancés par le constructeur allemand Volkswagen.

L’appellation T-Prime réfère à deux autres concepts récents dévoilés à Genève : le T-Roc (2014) et le T-Cross Breeze (2016); deux autres prototypes annonçant des modèles de plus petits formats en devenir.

Ce véhicule à quatre roues motrices montré à Beijing est muni d’un groupe motopropulseur hybride rechargeable constitué d’un 4-cylindres turbo TSI de 2,0 L à essence, d’un moteur électrique de 100 kW et d’une batterie de 14,1 kWh.

La transmission intégrale permanente 4Motion répartit la puissance entre les essieux avant et arrière par le biais d’un différentiel central autobloquant intégré à la boîte de vitesses automatique à 8 rapports.

Selon Volkswagen, la puissance nette du groupe motopropulseur atteint 381 ch et le couple 516 lb-pi, ce qui permettrait à ce gros véhicule d’accélérer de 0 à 100 km/h en 6,0 secs et d’atteindre une vitesse de pointe de 224 km/h.

En mode électrique le T-Prime pourrait parcourir jusqu’à 50 km. Par ailleurs, en mode hybride classique, avec la charge de la batterie à son minimum, la consommation moyenne serait de 8,0 L/100 km, alors qu’avec une batterie chargée à bloc, en conduite urbaine la consommation pourrait diminuer à aussi peu que 2,7 L/100 km.

L’esthétique du T-Prime se distingue, entre autres, par cette large calandre chromée dont le quadrillage s’étend sur toute la largeur du véhicule et loge, aux extrémités, de petits projecteurs étroits au-dessus de longues bandes de DEL. Et comme c’est souvent le cas avec les véhicules-concepts, celui-ci a été doté de roues de très grand format (22 po ici) qui font saliver, mais qui seraient hors de prix sur un modèle de série.

À l’intérieur, les cadrans, affichages et commandes ont été complètement remplacés par des équipements affichage numériques. Il n’y a plus aucun bouton traditionnel. Le constructeur mise uniquement sur des commandes gestuelles et vocales, des écrans tactiles et des surfaces tactiles.

Finies les commandes intuitives qu’on repère d’un simple geste, sans nécessairement regarder. Car toute commande tactile nécessite obligatoirement que l’utilisateur commence par la repérer visuellement avant de pouvoir l’utiliser. Pour la sécurité, on repassera. Mais naturellement, le tape-à-l’oeil vend plus qu’un vulgaire bouton rotatif…

Tous les efforts déployés par Volkswagen (et tous les autres constructeurs) dans le développement de nouveaux utilitaires ne sont pas accidentels. La demande pour ces véhicules explose littéralement, et ce partout dans le monde.

Selon le constructeur de Wolfsburg, ce serait particulièrement vrai pour les utilitaires de grand format. Il prévoit, en effet, une croissance de 18 % de ce créneau en Chine, entre 2017 et 2023, alors qu’en Europe et en Russie, elle devrait atteindre 26 %. Au niveau mondial, la production annuelle de ces utilitaires devrait dépasser le seuil des deux millions de véhicules dès 2020.

Le constructeur allemand veut donc profiter de cette vague et proposera bientôt des utilitaires dans « chacun des segments de marché pertinents », précise-t-il. Cette offensive commence par la mise sur le marché ce printemps du nouveau Tiguan; un modèle qui, dans certains pays, sera doublé d’une version à empattement allongé.

Dans les créneaux supérieurs, Volkswagen offrira bientôt un nouvel utilitaire de taille moyenne destiné à l’Amérique du Nord et à la Chine, de même qu’un « nouveau Touareg ou un véhicule ayant le style du T-Prime Concept GTE », explique le constructeur.

Du côté des véhicules compacts (plus petits que le Tiguan), deux nouveautés sont promises : un utilitaire similaire au véhicule-concept T-Roc pour le créneau des modèles compacts et un second, préfiguré par le prototype T-Cross Breeze, pour la catégorie des sous compacts.