Prenez garde: si vous vivez à Montréal, vous êtes plus à risque de vous faire voler votre véhicule que dans n’importe quelle autre région du Québec.

C’est du moins ce que stipule l’étude tout juste publiée par le Groupement des assureurs automobiles (GAA), qui se penche sur les vols de véhicules au pays en fonction de l’emplacement géographique des sinistres et des coûts associés aux méfaits.

Selon les données statistiques fournies pour l’année 2017, c’est la Communauté urbaine de Montréal (CUM) — centre et est — qui emporte la palme en termes de fréquence des vols, avec 0,40%. (Note: La fréquence est un pourcentage indiquant le nombre de vols pour 100 véhicules assurés.)

Si l’on ajoute à ce pourcentage celui associé à l’Ouest de la CUM, avec 0,19%, on obtient une moyenne pour l’île d’environ 0,30%. Voilà qui place donc Montréal juste devant Laval, qui enregistre une fréquence de 0,24%.

À l’opposé, si l’on se penche sur les régions les plus «sûres», on retrouve la banlieue de Québec (Chaudière-Appalache) au premier rang, avec une fréquence des sinistres de 0,03%.

Suivent ensuite de très près l’Abitibi-Témiscamingue, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord et Chaudière-Appalache (excluant la banlieue de Québec), avec 0,04%.

Pour l’ensemble du Québec, le taux de vol de véhicule se situe à 0,13%.

HeapMedia490825

L’étude présente également des données ayant trait aux coûts moyens des sinistres. À cet égard, c’est en Abitibi-Témiscamingue que les coûts associés aux vols de véhicules sont les plus importants, avec une moyenne de 28 411$, soit plus de 5 000$ devant la Côte-Nord, la suivante dans la liste.

À l’inverse, c’est en banlieue de Québec (Chaudière-Appalache) où le coût moyen est le plus faible — et de loin! — à 7 227$, moins de la moitié de la région qui suit dans la liste: Québec (16 665$).

Pour consulter toutes les statistiques de vols (notamment le nombre) pour votre région en 2017, visitez ici le site du Groupement des assureurs automobiles.