La Volvo S60 2019 vient d’être dévoilée en sol américain, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle usine d’assemblage du constructeur suédois en Caroline du Sud, où cette berline de taille moyenne sera bientôt assemblée.

Située à Ridgeville, une petite communauté de 30 000 habitants proche de la ville portuaire de Charleston, cette usine est la première de Volvo en sol étatsunien.

Par ailleurs, la nouvelle berline qui y est fabriquée inaugure la troisième génération de la Volvo S60. Elle partage l’architecture SPA (pour Scalable Product Architecture) également utilisée par les Volvo V60, S90, V90, XC60 et XC90. C’est aussi le premier modèle de la marque pour lequel le constructeur suédois n’offre pas de moteur diesel.

Parmi les quatre groupes motopropulseurs inscrits au catalogue, on retrouve plutôt les moteurs à turbocompresseur T5 et T6 du modèle antérieur. Tous deux bénéficient de maigres gains de puissance, soit 10 chevaux pour le T5, qui produit désormais 250 chevaux, et 14 chevaux pour le T6, qui livre 316 chevaux. Dans les deux cas, le couple reste cependant inchangé – à 258 et 295 lb-pi respectivement.

HeapMedia486712

Éventuellement, la Volvo S60 sera aussi offerte avec un choix de deux groupes motopropulseurs hybrides rechargeables utilisant un moteur à essence à turbo et à compresseur. Il s’agit du T6 Twin Engine de 340 chevaux et du T8 Twin Engine de 390 chevaux. Ces deux groupes motopropulseurs serviront à aux Volvo S60 dotées de la transmission intégrale.

En outre, tous ces moteurs sont jumelés à des boîtes de vitesses automatiques Geartronic à 8 rapports.

Par rapport au modèle qu’elle remplace, soit la Volvo S60 de seconde génération lancée à Genève en 2010, cette nouvelle berline a une carrosserie plus longue (+124,5 mm), plus large (+175,3 mm) et plus basse (-45,7 mm). L’empattement de son châssis a été allongé de 96,5 mm. Cela contribue aux gains de dégagement notés au niveau des genoux devant comme derrière, soit 10,2 et 43,2 mm respectivement.

Le coffre, par ailleurs, a un volume utile légèrement inférieur, qui passe de 340 à 328 L.

HeapMedia486727

Au Canada, le constructeur offrira quatre niveaux de dotation : Momentum (l’entrée de gamme), R-Design, Inscription (la plus cossue) et une nouvelle version sport baptisée Polestar Engineered (photo ci-dessus).

Cette dernière a l’exclusivité du groupe hybride rechargeable T8 dont la puissance nette atteint 415 chevaux. Elle est également munie de roues, de freins, d’une servodirection et d’une suspension qui ont été optimisés pour les performances.

La Volvo S60 2019 sera en vente chez les concessionnaires canadiens au courant de l’automne. Toutefois, le constructeur a déjà affiché les prix des trois versions les plus communes sur sont site Internet, celui de la Polestar Engineered devant être révélé plus tard :

  • S60 Momentum : 42 400 $
  • S60 R-Design : 52 400 $
  • S60 Inscription : 53 900 $

Au moment d’écrire ces lignes, la version d’entrée de gamme de la Volvo S60 2018 était offerte à partir de 42 150 $.

L’usine de la Caroline du Sud est la huitième usine d’assemblage du constructeur à l’échelle planétaire. Ces installations doivent renforcer sa capacité de production, qui compte déjà sur une usine d’assemblage en Suède, une en Belgique, trois en Chine, une en Inde et une dernière en Malaisie. À cela s’ajoutent deux usines de fabrication de moteurs situées en Suède et en Chine.

L’usine de la Caroline du Sud entrera en activité au cours de l’automne 2018, en produisant d’abord la nouvelle S60. À partir de 2021, cette usine produira aussi des utilitaires XCS90 d’une prochaine génération.

HeapMedia486710

Ces installations étatsuniennes ont une capacité de production annuelle de 150 000 véhicules qui seront destinés au marché nord-américain, de même qu’à l’exportation.

Volvo Cars a investi environ 1,1 milliard de dollars US dans ces installations qui, à terme, devraient fournir du travail à environ 4 000 personnes.

Rappelons que cette usine d’assemblage n’est pas la première de ce constructeur sur le sol nord-américain. Volvo a opéré deux usines d’assemblage en Nouvelle-Écosse, de 1963 à 1998. De moindre envergure, certes, ces installations ont été les premières construites par un fabricant non étatsunien sur notre continent !

Un communiqué publié par Volvo Canada en juillet 2009 rappelle que Volvo AB a ouvert sa première usine d’assemblage à l’étranger à Dartmouth en Nouvelle-Écosse, en 1963 (photo ci-dessous). Elle a été inaugurée le 11 juin – il y a pratiquement 55 ans, jour pour jour – par le Prince Bertil de Suède.

HeapMedia486709

En 1966, l’usine avait atteint sa capacité de production annuelle de 3 700 unités, mais l’année suivante une nouvelle usine plus grande, située à Halifax celle-là, fut ouverte pour hausser la capacité de production annuelle au-delà de 8 000 unités.

À l’origine, Volvo assemblait au Canada des PV544 destinées à l’ensemble du marché nord-américain. Par la suite, les installations canadiennes ont livré des Volvo 120 (rebaptisées Canadian pour notre marché), de même que des 140, 240, 740, 760, 850, 940, de même que des S70, V70 et S80.

L’usine de Halifax a cessé ses activités en 1998.