«Sous les pavés, l’avenir!» Voici comment Paris présente son appel de projets Réinventer Paris II — Les dessous de Paris, qui cherche à revitaliser des bâtiments inutilisés à travers la Ville Lumière.

En tout, 34 sites vacants sont proposés en plein coeur de la métropole française, dont des stationnements vides, des stations-services abandonnées et – ce qui nous intéresse particulièrement ici: un ancien concessionnaire abandonné du constructeur Renault, qui a vu le jour dans les années 1960 dans le XIe arrondissement, soit près du tristement célèbre Bataclan.

Ce garage automobile est non seulement vaste, il se divise en deux parties: d’une part, il y a la salle de montre sur deux niveaux, un parc de stockage des véhicules sur trois niveaux et un stationnement sur deux niveaux au sous-sol. D’autre part, il y a un espace de réparation des véhicules sur deux niveaux, ainsi qu’un parc de stockage et des bureaux sur quatre niveaux.

En tout, quelque 18 000 mètres carrés passeront d’une vocation automobile à une vocation habitacle – soit près de 200 000 pieds carrés ou, si vous préférez, l’équivalent de la superficie du parterre au stade olympique montréalais.

HeapMedia490191

C’est le regroupement immobilier 3F qui, avec son projet Le passage partagé, a remporté l’appel d’offre. Il entend réutiliser les structures déjà existantes afin de les transformer en un complexe habitable et commercial tourné vers l’économie sociale.

Ainsi, quelque 138 appartements seront aménagés, dont 60% de logements sociaux, 10% de logements intermédiaires et 30% de logements en accession, c’est-à-dire qu’ils seront vendus à des particuliers au prix du marché (de 9800 euros le mètre carré, rapporte Le Figaro).

Et ce n’est pas tout: en plus des logements, 3F veut construire, d’ici 2021, des commerces, un centre de loisirs urbains avec salle d’escalade, de yoga et de musique, des espaces pour du coworking et une crèche (traduction québécoise: des bureaux partagés et une garderie…).

La firme, qui n’a absolument pas prévu d’espace de… stationnement, veut même aménager sur le toit une ferme d’agriculture urbaine, capable de livrer 30 tonnes de fruits, de légumes et de fleurs par année.

HeapMedia490190

Pour la mairesse de Paris, Anne Hidalgo, l’idée de Réinventer Paris est de contribuer à relever «les grands défis auxquels sont confrontées les métropoles, comme l’innovation, la transition écologique ou la ville bienveillante et inclusive».

La capitale française a en effet un grand besoin de réhabiliter d’anciens locaux destinés à l’automobile. En 2018, deux tiers des ménages parisiens n’ont pas ou plus de voiture, rendant obsolètes tous ces bâtiments destinés à l’entreposage ou au stationnement de véhicules.

Plusieurs de ces édifices, que l’on a appelés «hôtels pour automobiles» dans les années 1920, puis «garages-parkings» à partir des années 1940, sont tombés en désuétude à partir des années 1970 – c’est d’ailleurs en 1976 que le dernier garage a été construit dans la métropole – et, plus récemment, avec la dénonciation des méfaits de la voiture individuelle.

HeapMedia490196

Réinventer Paris II n’est pas le premier projet à s’atteler à la tâche de réhabiliter les anciens garages et stationnements abandonnés de la ville. D’autres projets, comme des projets de commerces, de logements sociaux ou même une… ferme de champignons et d’endives dans un sous-sol, y ont déjà poussé – comme des champignons (photo ci-dessus)!

Voilà une (belle) manière de s’adapter aux changements que l’on voit ou que l’on souhaite dans la mobilité urbaine, tout en préservant le patrimoine architectural et en diminuant les impacts environnementaux de tout raser pour reconstruire à neuf.