Je vais être 100% honnête avec vous, je ne suis pas une fille de chars. En fait, je n’ai jamais vraiment aimé conduire: en tant que citadine, je me sens beaucoup plus en confiance sur mes deux jambes. Ou encore, je préfère l’adaptabilité et la maniabilité offertes par le vélo, notamment en ce qui a trait à la congestion routière et aux travaux perpétuels qui teintent ma ville – Montréal – d’une jolie couleur orange.

J’ai donc émis des réserves lorsqu’on m’a proposé de faire un essai automobile. Toutefois, ma curiosité et mon envie de tester une voiture électrique l’ont emporté sur mes réserves et je me suis retrouvée au volant de la Volkswagen e-Golf 2017.

Et ce fut un réel plaisir.

HeapMedia489178

Bien sûr, une voiture ne change pas la réalité de la conduite citadine : il y a des cônes oranges partout, des détours impossibles et du trafic à toutes les heures du jour et de la nuit. Mais vous savez quoi? Au volant de la Volkswagen e-Golf, ces désagréments paraissent tout à coup beaucoup moins graves.

Ce n’est pas la réalité de la ville qui change, c’est notre perception de cette réalité.

En effet, la petite allemande électrique a quelques tours dans son sac, dont un qui est particulièrement adapté au contexte urbain: le mode de freinage régénératif, qui fait en sorte de remplir la batterie dès qu’on soulève le pied de l’accélérateur. Ça peut sembler tout simple, mais quand on passe une demi-heure dans le trafic pour avancer d’un maigre coin de rue, c’est quand même agréable de voir augmenter l’autonomie de la batterie.

La Volkswagen e-Golf offre une autre option «éco»: les modes Eco et Eco+, qui ralentissent la réponse de l’accélérateur. Lorsque ces modes sont activés, ils forcent à une conduite écoénergétique et… moins stressante. En effet, plutôt que de donner un gros coup d’accélération dès que la lumière passe au vert pour freiner quelques mètres plus loin et reproduire ce mouvement un nombre incalculable de fois, les modes Eco calment nos ardeurs et obligent à prendre son temps. Une conduite beaucoup plus sereine, pour nous et pour les autres automobilistes.

HeapMedia489190

Malgré cela, la Volks e-Golf ne laisse pas sa place en termes de conduite et d’accélération: elle a une excellente tenue de route et sa suspension efface bien les bosses — un net avantage, considérant les innombrables nids-de-poule et les dos d’âne qui poussent un peu partout. C’est comme de rouler sur un tapis volant!

Également, ayant été «victime» d’un orage-éclair sur l’autoroute, je peux affirmer que malgré les rafales et la pluie torrentielle qui se sont abattues sur le petit habitacle, à aucun moment je n’ai eu peur de prendre le champ. Un autre net avantage.

Justement, en ce qui a trait à la grand-route, la compacte électrique offre de bonnes accélérations et les dépassements ne sont pas stressants. Toutefois, le petit compteur d’autonomie situé sur le tableau de bord ainsi que l’indicateur d’utilisation de la batterie ne donnent pas envie de tester cette mesure. Au contraire, quand on voit la vitesse à laquelle l’autonomie diminue à mesure qu’on accélère, ça donne envie de sortir de l’autoroute et d’aller prendre son temps sur des routes secondaires.

HeapMedia489189

Sur le site de Volkswagen Canada, on peut lire que l’autonomie de la e-Golf est de 201 km. Après avoir effectué une recharge complète à une borne régulière du Circuit électrique (200 volts), j’ai eu la surprise de voir l’autonomie de mon véhicule atteindre 263 km! Toutefois, celle-ci s’ajuste constamment, en fonction de la vitesse de croisière, du dénivelé, de l’utilisation d’accessoires, comme l’air climatisé, etc. L’autonomie réelle diffère donc de celle indiquée sur le tableau de bord.

En ce qui a trait à la recharge, la e-Golf a l’avantage de pouvoir être branchée dans des bornes de recharge rapides (400 volts), ce qui réduit considérablement le temps de recharge. En effet, en branchant mon véhicule dans une borne régulière du Circuit électrique, une charge complète (jusqu’à 263 km) a pris cinq heures. Lorsque connectée à une borne rapide, le site du constructeur affirme qu’elle aurait atteint une charge de 80% en 30 à 45 minutes.

La voiture vient évidemment équipée d’un connecteur pour des prises régulières de 110 volts, mais il faut faire preuve d’une grande patience: une recharge complète prendra jusqu’à 29 heures!

L’idéal, dans le cas de la VW e-Golf, est donc de se faire installer une borne 200 volts chez soi. Le gouvernement provincial offre d’ailleurs des remboursements pouvant aller jusqu’à 600$ pour l’installation d’une borne à domicile.

HeapMedia489172

L’esthétique: la e-Golf ne se démarque pas beaucoup de la Golf régulière, sauf pour quelques différences; ceci peut être une bonne chose pour ceux qui préfèrent passer inaperçus. Cela dit, pour ceux qui veulent vraiment flasher, la voiture est disponible en 40 couleurs, dont certaines assez… flash!

L’écran tactile (en option): son utilisation est claire et logique. Toutefois, la grande quantité d’options peut rendre difficile son utilisation; mieux vaut prendre quelques minutes pour s’y habituer avant de se mettre à rouler.

Le système audio: il s’agit-là d’un de mes aspects préférés de la conduite automobile. Qu’il s’agisse de mettre la musique dans le tapis, de jouer avec la basse, de connecter son téléphone ou encore de sélectionner un poste de radio parmi une infinité de choix (satellite et bandes AM/FM), la e-Golf offre à peu près toutes les options imaginables…

HeapMedia489184

… même le trop souvent oublié lecteur CD, habilement caché dans le coffre à gant!

Le confort: le siège du conducteur est particulièrement agréable, d’autant plus que moult ajustements sont possibles. Mon physiothérapeute serait heureux de l’ajustement possible au niveau de la courbe lombaire, qui permet de conduire longtemps sans avoir le bas du dos en compote.

Néanmoins, j’ai reçu quelques commentaires négatifs de mes passagers assis à l’arrière, qui ont critiqué le positionnement des appuie-têtes ainsi que la dureté des sièges.

HeapMedia489183

L’autonomie: Je l’ai déjà mentionné, je suis une citadine. Ce qui, souvent, signifie de vivre en appartement et de ne pas avoir de garage. Et pour ce qui est de la recharge… ça peut rendre les choses compliquées. En effet, il faut aller brancher sa voiture à une borne du Circuit électrique, rentrer chez soi et garder un oeil sur l’application qui va nous indiquer quand la recharge est complétée, afin de ressortir débrancher la voiture et la stationner près de chez soi.

Disons que j’attendrais d’avoir un garage avant de m’acheter un véhicule électrique.

En acceptant de faire le tests de la VW e-Golf, je pensais devoir me forcer pour la conduire assez longtemps et assez souvent pour écrire un article. C’est en fait l’inverse qui s’est produit: je sautais sur toutes les occasions pour sortir mon petit joujou. Aller faire l’épicerie, aller voir ma famille ou mes amis, aller faire une petite balade dans Westmount — il faut bien tester l’efficacité dans les côtes! — et j’en passe.

Intéressés? Vous devrez prendre votre mal en patience, car la VW e-Golf — disponible en version de base pour un prix de 36 355$, moins le rabais provincial de 8000$) — fait l’objet d’une liste d’attente de 12 à 18 mois…